De la qualité de vie des seniors

SeniorsAu 1er janvier 2007, notre pays comptait 2,36 millions de personnes de plus de 60 ans. L’association de consommateurs Test Achats a mené une enquête sur la qualité de vie des seniors. Entendez ici les 65 à 79 ans. Les résultats contredisent les clichés : Ies seniors sont bien plus actifs qu’on ne le pense, et que, financièrement, ils ne sont pas forcément toujours bien lotis.


Avoir plus de 65 ans aujourd’hui, c’est pour certains, comme autrefois, profiter d’un repos bien mérité ainsi que se consacrer davantage au conjoint, aux enfants et petits-enfants. Mais cela ne signifie plus, forcément, se "retirer", faire une croix sur la vie active et renoncer à ses responsabilités, sociétales, notamment.

Avoir 65 ans, c’est plutôt entamer une nouvelle (de plus en plus longue) tranche de son existence. En témoignent, notamment, le nombre de divorces, mais aussi de mariages enregistrés chaque année entre plus de 65 ans.

Près d’un quart des personnes interrogées font du bénévolat et leurs attentes en matière d’activités (rémunérées ou non), de mobilité, de possibilités culturelles, sportives et éducatives, etc. n’ont pas grand chose à envier à celles de leurs cadets.

Pourtant, malgré leur nombre et malgré leur poids économique, les plus âgés sont parfois les plus mal lotis chez eux et restent négligés par leurs propres administrations communales. 

Insatisfactions

Dans le top 5 des sujets d’insatisfaction, on trouve tout ce qui concerne :

  • la quantité, la qualité et la disponibilité des possibilités de job pour les "retraités";
  • les coûts, la qualité et l’accessibilité des services de santé spécifiques;
  • la qualité, les coûts et la disponibilité des aides administratives;
  • la qualité, la quantité, les coûts et la disponibilité de l’aide sociale à domicile pour la cuisine;
  • la qualité, la quantité, les coûts et la disponibilité pour les soins personnels à domicile.

On peut encore ajouter que 20% se plaignent d’un manque d’infrastructures et d’événements culturels et 15% de leur qualité, du manque de variété et de leur (in)accessibilité.

Seul domaine à échapper en grande partie à la critique, les transports en commun : 64 % de satisfaits (un peu moins en milieu rural qu’en ville), mais 83 % de satisfaits du coût qu’ils engendrent. Logique quand on sait que les seniors bénéficient de la gratuité ou de tarifs très préférentiels pour tous leurs déplacements en transports publics.

L’une des demandes les plus importantes concerne le manque d’informations spécifiques. L’étude observe : Il en existe, mais elles restent éparses et peu pratiques. Il faudrait donc la rassembler. Dans une publication mise à jour régulièrement et accessible gratuitement aux seniors et via la création d’un site web. Ce site pourrait regrouper infos fiscales, juridiques, sur les institutions, sur les possibilités de cours, les activités, les possibilités de volontariat, etc.

Conserver la santé

Le degré de satisfaction par rapport à l’état de santé général dépend de l’âge (il diminue plus l’âge augmente), mais aussi, à nouveau, de la condition financière de la personne et… du sexe. Les hommes étant, en règle générale, plus satisfaits que les femmes!

Dans le même temps, si on leur demande de qualifier leur état de santé général, 24 % la disent mauvaise ou médiocre, 42% se plaignent de problèmes de vision, 40% de problèmes d’ouïe, 43 % d’un mauvais sommeil et 14 % de douleurs sévères. D’ailleurs, 82% des personnes interrogées disent prendre au moins 1 médicament par jour et 26% 5 médicaments, voire plus!

En ce qui concerne la qualité de vie, les 5 plus gros sujets de préoccupation de cette tranche d’âge sont, toujours dans l’ordre :

  • leurs performances et désir sexuels (27 et 26 % d’insatisfaction);
  • la santé (17% d’insatisfaction);
  • le statut économique (17%);
  • les activités de loisirs (13%);
  • la liberté de mouvement sans vertige, ni instabilité (12%).

24% des personnes de 65 à 79 ans disent se sentir seules et isolées et 20% se plaignent d’être peu soutenus par leur entourage. Or, cette enquête montre que la qualité émotionnelle et affective des rapports sociaux a une incidence directe sur la perception de la qualité de la vie et du bonheur.

Avoir les moyens de leurs envies

L’argent reste au centre des préoccupations du plus grand nombre et son poids sur la qualité de vie et le bonheur ressenti reste non négligeable. Le taux de satisfaction par rapport à l’aide sociale et financière (CPAS…) destinées aux personnes âgées est, sans surprise, le plus bas de tous.

22% des personnes interrogées se disent en outre préoccupées à sérieusement préoccupées par leur avenir financier. Il faut dire que, selon les estimations de l’OCDE, le taux de remplacement net des pensions pour un travailleur belge ayant un revenu moyen est l’un des plus bas d’Europe (63 %), ce qui explique que nos pensionnés soient davantage exposés au risque de pauvreté que le reste de la population.

Dans notre pays, toujours selon l’OCDE, 21 % des personnes de plus de 65 ans disposent d’un revenu net inférieur au seuil de pauvreté (822 euros/mois en 2004), contre 12% pour les 16-64 ans. Et ce risque de pauvreté augmente avec l’âge.

Robert Derumes

        

Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?