Du New Look à l'Expo 58, la mode des années 50

1.	Affiche de l’exposition - Dessin de Pierre Mourgue, 1958 © L’Officiel de la Couture et de la Mode de Paris, mise en couleurs par Françoise GabrielAh, les années 50 et, à Bruxelles, la 1re exposition universelle de l'après-guerre qui symbolise les espérances en matière de progrès technologiques. Une période d'euphorie qui aura également une influence sur la mode tandis que les matières évoluent.


5.	Robe de cocktail, Sans souci, Christain Dior, 1957 © Musée du Costume et de la Dentelle de la Ville de BruxellesAprès la guerre 1940-45, les restrictions sont encore bien présentes. La mode évolue cependant, radicalement même, dans un souci de tourner le dos à une période noire de l'histoire.

Cette nouvelle esthétique féminine prend le contrepied du style imposé par l'économie de guerre. Il est maintenant question de "New Look" selon l'expression popularisée par Carmel Snow, éditrice en chef du Harper's Bazaar américain, impressionnée par la ligne "corolle" (avec robes et jupes allongées d'une vingtaine de centimètres et taille très mince) présentée par Christian Dior lors de son 1er défilé en 1947.

Comme toute révolution, celle-ci provoquera controverses et inquiétudes, surtout devant les tailles "étranglées". Dans un pays comme l'Angleterre où le rationnement était toujours en vigueur, le port du corset qui avait causé bien des problèmes était toujours interdit sauf pour raisons médicales.

2.	Robe du soir, 1952 (c) Musée du Costume et de la Dentelle de la Ville de BruxellesSelon Corinne ter Assatouroff, l'habillement féminin encore très codifié à cette époque, connaîtra pendant la décennie à venir une période faste d'une élégance rarement égalée. A chaque heure du jour, à chaque circonstance, sa tenue adaptée assortie d'accessoires variés : tailleurs du matin, avec paletot coordonné, gants, sac et chaussures à talons aiguille, sans oublier l'indispensable chapeau sans lequel on ne sortait pas; robes d'après-midi agrémentées de bijoux, ceinture, garnitures de fourrure éventuelles selon la saison ; robes de cocktail, courtes mais profondément décolletées ; robes à dîner chic; époustouflantes robes du soir absorbant des mètres de tissu, rehaussées de broderies, dentelles, plumes.

Alors que l'après-guerre 1914-18 avait libéré la femme de toute contrainte vestimentaire, la 1re moitié des années 1950 correspond au contraire à une régression vers plus de rigidité dans le maintien.

Une exposition au
Musée du Costume et de la Dentelle

6.	Robe à danser, 1958 © Musée du Costume et de la Dentelle de la Ville de BruxellesLes pièces des années 50 du Musée du Costume et de la Dentelle sont , pour certaines d'entre elles, datées grâce aux "réclames" publiées dans les journaux féminins. Cette datation est une exercice difficile quand il s'agit d'une période d'une douzaine d'années au cours desquelles se dégagent certes de grandes tendances, mais dont les changements se limitent parfois à raccourcir les jupes de quelques centimètres pour les rallonger ensuite ou à faire voyager la taille entre la poitrine et les hanches.

L'exposition présente notamment des robes de soir, des robes de mariées, des ensembles de cocktail, des tailleurs, des manteaux et accessoires qui illustrent cette période de l'histoire de la mode féminine, caractérisée par une certaine élégance.

En marge de la présentation de ses collections permanentes, le Musée du Costume accueille également des expositions personnelles d'artistes contemporains qui travaillent le textile. Tissages d'absolu présente les œuvres de plusieurs auteurs emblématiques de la collection d'Art en Marge.

Le Musée du Costume et de la Dentelle
de Bruxelles

Ce Musée de la Ville de Bruxelles a été créé en 1977. Les autorités publiques de l'époque souhaitaient mettre en valeur le patrimoine textile de la Ville de Bruxelles. Le noyau de départ de la collection se composait de vêtements ecclésiastiques et de dentelles de Bruxelles conservées à la Maison du Roi.

Depuis un quart de siècle, le Musée a rassemblé une collection particulièrement riche et variée : costumes, dentelles anciennes et contemporaines, broderies et accessoires originaux qui sont exposés en alternance lors d'expositions thématiques. Cette collection n'est pas seulement le fait d'une politique d'acquisition : une part importante provient également de donations privées.

Infos pratiques

Du New Look à l'Expo 58
La mode des années 1950

Musée du Costume et de la Dentelle
rue de la Violette, 12 - 1000 Bruxelles
Tél. +32 (0)2 213 44 50

Jusqu'au 30 décembre 2008
Ouvert en semaine de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h, le samedi et le dimanche de 14h à 17h.
Fermé le mercredi et les 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre 2008. 1/11

Prix d'entrée : 3 euros – multiples réductions.
Visites guidées : sur réservation. Tél. +32 (0)2 279 43 55

Catalogue Du New Look à l'Expo 58 de C. ter Assatouroff et M. Vrebos (Musée du Costume et de la Dentelle de la Ville de Bruxelles, Bruxelles, 2008, 64 p.), 14 euros. Ce catalogue reprend une cinquantaine de photos et le descriptif détaillé d'une partie des pièces exposées et pour la plupart leur origine.

Philippe Allard

A lire aussi...

  • L'Atomium 1958-2008 et l'Expo 58

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?