La créativité et l'innovation sont les clés d'un logement abordable

Toit en constructionAvoir son propre logement est le rêve de presque tous les Belges qui, comme chacun sait, ont une "brique dans le ventre". Avec une économie à la traîne et un pouvoir d’achat en baisse d’une part et le coût important de l’immobilier d’autre part (même si des "ajustements" ont lieu), ce rêve semble difficile atteindre. Il reste néanmoins accessible si l'on sort des sentiers battus, ose utiliser des concepts, techniques et matériaux innovants.


Ce phénomène n’est pas neuf: pour de nombreux ménages, les prix de l’immobilier sont pratiquement inabordables. Le prix des loyers a connu une augmentation de 30%, tout comme celui des terrains à bâtir et des logements qui ont encore gagné quelques pourcent len 2008.

Ainsi, celui qui veut construire ou rénover un logement entame déjà une bonne partie de son budget avant de donner le premier coup de pelle. Ce type de projet est encore plus lourd pour ceux qui louent en attendant de terminer leur propre logement.

En Flandre

Le gouvernement flamand l’a bien compris et entend stabiliser les prix des terrains à bâtir en réformant le décret sur l’aménagement du territoire. Le nouveau décret, qui entrera en principe en vigueur en 2009, encourage les propriétaires de terrains à bâtir "dormants" à les mettre sur le marché. Si cela n’a pas été fait dans les 2 ans, une sanction sera appliquée. De plus, les autorités et les secteurs publics doivent mener une politique foncière active avec leurs propres terres. Parmi les terrains encore disponibles, un certain pourcentage sera également réservé aux logements sociaux et aux logements abordables.

Vous trouverez un récapitulatif des primes flamandes sur

www.premiezoeker.be
.

En Wallonie

La Région wallonne offre de nombreuses aides, dont une prime particulière à la construction quand le maître d’œuvre démolit une construction existante pour réaliser une nouvelle construction ou quand un logement est construit ou acheté dans le centre d’un village.

La Région wallonne offre également une prime à l’isolation et l’assurance gratuite contre la perte de revenus.

Vous en trouverez un aperçu complet sur

www.wallonie.be/fr/citoyens/se-loger/construire/
.

En Région bruxelloise

La Région de Bruxelles-Capitale encourage les rénovations dans certaines zones pour y améliorer la qualité de vie. En outre, la région offre une prime à la rénovation pour les logements de plus de 30 ans et une prime à l’embellissement des façades. De plus, les Bruxellois économes en énergie peuvent également prétendre à plusieurs primes énergétiques.

Vous trouverez de plus amples informations et un récapitulatif de ces primes en cliquant sur le lien

www.bruxelles.irisnet.be/nl/citoyens/home/logement/primes.shtml
.

Logement: explorez de nouvelles pistes

La clé du logement abordable réside dans la conception. Dites clairement à votre architecte quelles sont vos attentes budgétaires et laissez-lui la possibilité d’être créatif.

Commencez par concevoir la maison de manière compacte. L’empreinte limitée du logement nécessite moins de matériaux pour les fondations, la façade ou la toiture… Voici une 1re économie.

Toutefois, le logement compact n’implique pas de vivre dans un endroit petit. 3  niveaux de 100 m² utilisés de manière optimale offrent une superficie disponible de 300 m².

L’utilisation optimale de l’espace disponible est une 2e étape. Quelle est l’utilité d’une grande cave si celle-ci n’est pas complètement utilisée? Pensez à prévoir au sous-sol, outre l’espace de rangement nécessaire, le(s) garage(s), la laverie, le local technique et éventuellement un atelier de bricolage. Ce sont des pièces dont les finitions peuvent être moins importantes. En effet, si vous les implantiez au-dessus du sol, vous devriez les parachever avec une brique de façade ou un autre revêtement. Et ce parachèvement a un prix. De plus, vous pouvez ainsi obtenir un logement plus compact ou éventuellement, un espace habitable plus vaste.

Cherchez un concept flexible

Osez abandonner les plans classiques avec des petites pièces destinées à différentes fonctions. Depuis plusieurs années, les pièces de vie s’ouvrent. Pourquoi ne pas l’appliquer à toute la maison, comme pour un loft? Cela permet d’obtenir la flexibilité nécessaire pour l’aménagement tout en faisant une belle économie en termes de parachèvement.

Si vous vivez seul ou à deux, cette ouverture ne pose pas problème. Si la famille s’agrandit et que davantage de vie privée devient nécessaire, vous pouvez toujours créer des pièces séparées pour les chambres et les salles de bains.

Toutefois, respectez les répartitions classiques afin d’étaler les frais de parachèvement. Pourquoi ne pas envisager un gros œuvre bien parachevé dans lequel seule une certaine zone est parachevée pour y habiter? Tant que la famille est limitée, vous pouvez vous contenter d’un seul étage habitable. Si des enfants viennent s’y ajouter, il est toujours possible d’effectuer d’autres parachèvements.

Faites des compromis

Pour choisir les matériaux, soyez conscients de vos limites financières et faites preuve de créativité. En faisant des compromis, vous pouvez peut-être intégrer certaines solutions de confort. Vous avez par exemple un faible pour le chauffage par le sol? Laissez-vous tenter et compensez le supplément par rapport aux radiateurs dans le choix du sol. Un sol en béton poli ou un linoléum constituent une solution moins coûteuse et élégante. Vous pourrez encore modifier la finition du sol plus tard.

Faites preuve d’une certaine prévoyance dans vos décisions. Une pompe à chaleur n’entre peut-être pas dans votre budget pour l’instant, mais gardez toutes les pistes ouvertes pour pouvoir en placer une dans une dizaine d’années. Si toute l’habitation fonctionne actuellement avec des corps de chauffe au régime de faible température, par exemple le chauffage par le sol ou par les murs, la chaudière pourra être remplacée par une pompe à chaleur à la fin de sa vie.

Vous pouvez tenir ce genre de raisonnements pour de nombreux aspects du processus de construction ou de rénovation. Bien souvent, ils demandent un investissement à peine supérieur.

Innovez dans le gros œuvre

Si vous étudiez un peu les techniques disponibles, vous pouvez également épargner quelques euros dans le gros œuvre. Une construction avec des techniques et des matériaux industriels peut s’avérer un peu moins chère si l’architecte les applique correctement. Une structure métallique ou une ossature en bois en sont de bons exemples. De même, les frais de main-d’œuvre réduits pour ces techniques constituent également un avantage.

De nombreux fabricants y ont réfléchi. Ainsi, il est actuellement possible de livrer sur le chantier des parties de mur en brique de construction rapide sous forme de panneaux ou de fabriquer des murs prêts à l’emploi en usine. Il suffit de les monter sur le chantier pour obtenir un gros œuvre parachevé.

Celui qui préfère les méthodes classiques peut faire des économies en optant pour le collage des parois intérieures. En effet, de cette manière, un entrepreneur expérimenté atteint un rendement supérieur avec une facture réduite.

Investissez dans l’économie d’énergie

La principale économie que vous pouvez faire dans votre projet de construction est d’investir dans des mesures d’économie d’énergie. Le principe de ce type d’économies est d’isoler. Pour le niveau d’isolation, ne vous limitez pas aux exigences légales, mais prévoyez un niveau E plus strict.

En Flandre, ce niveau sera de E80 à partir de 2010. En Wallonie, le niveau E du logement est de E100 depuis le 1er janvier 2009. La valeur K imposée est K45. Dès le début, Bruxelles a mis la barre plus haut que la Wallonie et la Flandre. Depuis septembre 2008, une valeur K maximale de 40 et un niveau E de 70 y sont appliqués.En ce qui concerne les techniques, vous pouvez également aller plus loin que la norme. Ainsi, vous pouvez par exemple opter pour une pompe à chaleur ou un chauffe-eau solaire pour la production d’eau chaude ou pour des panneaux solaires photovoltaïques pour produire une partie de votre électricité.

Egalement pour la rénovation

Pour un projet de rénovation, 3 points essentiels méritent une attention particulière pour économiser de l’énergie:

  • une bonne isolation du toit;
  • un vitrage isolant;
  • une chaudière à haut rendement.

C’est la toiture qui mérite le plus grand soin, car il s’agit d’une importante source de perte de chaleur. Par conséquent, elle doit être la première concernée dans un projet de rénovation. Si le logement est encore équipé d’un simple vitrage, il est fortement recommandé de le remplacer par un vitrage super isolant. Le gouvernement fédéral propose par ailleurs un avantage fiscal pour le faire.

Conserver au mieux la chaleur dans le logement est une chose, une autre est de rendre cette chaleur aussi économique que possible. Dans cette optique, une chaudière à haut rendement représente une bonne solution. Si vous souhaitez aller encore plus loin dans l’économie d’énergie, vous pouvez par exemple placer une feuille isolante derrière les radiateurs contre les murs extérieurs non isolants ou isoler les canalisations d’eau chaude dans la construction.

Les "plus" sont sans doute la pompe à chaleur, le chauffe-eau solaire ou des panneaux solaires photovoltaïques, mais ces techniques ne deviennent intéressantes que lorsque le logement est correctement isolé.

Robert Derumes

A lire aussi...

  • Batibouw 2009







 


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?