Le cours du baril revient en bonne voie

BarilLa croissance économique dérape, une donne dont les bourses tiennent vraisemblablement déjà compte. Si le cours du baril continue à se replier, la menace inflationniste et par conséquent de remontée des taux d’intérêt s’estompera. Un scénario qui constituerait une bonne nouvelle pour les bourses.


La crainte d’un ralentissement économique et d’une inflation montante - en d’autres mots, le spectre d’une stagflation- hantent apparemment toujours l’esprit des investisseurs. Cette décélaration de la croissance se reflète chaque jour davantage dans les chiffres publiés. Difficile de parler encore de croissance en Europe et au Japon, tandis que le PIB américain s’est révélé inférieur aux attentes au 1er trimestre. La hausse du prix du baril fait office de grand méchant loup et a precipité les bourses européennes un bon 1,5% plus bas. Les indices américains ont pu limiter les dégâts, le Dow Jones réussissant même à progresser.

Il n’est pas question de panique, et celle-ci serait d’ailleurs non fondée. Les blocs s’emboîtent toujours de façon harmonieuse les uns dans les autres. Nous accordons peu de crédit à un scénario de stagflation. Au contraire, le ralentissement conjoncturel devrait pousser les prix pétroliers à la baisse.

Le baril vaut actuellement moins de 50$. Et ce repli devrait dissiper les risques inflationnistes. Un scénario plutôt positif pour les bourses. Le ralentissement économique combiné à une moindre pression des prix devrait inciter la banque centrale américaine à réduire le rythme des relèvements de ses taux à court terme. Apparemment, cette hypothèse semble déjà être intégrée par les marchés. En atteste le Dow Jones Utilities, un indice réputé pour être sensible aux variations de taux, qui a la semaine dernière atteint son plus haut pic depuis 2001. Ces divers facteurs devraient permettre aux cours de former des planchers. Nous ne craignons donc pas de repli boursier sensible.

Ceux qui ont quelques achats en tête ou en vue, nous recommandons même de placer des limites d’achat de 3 à 4% plus basses. Il ne serait pas du tout étonnant de voir les bourses rebondir rapidement à partir des niveaux actuels survendus.

Prochain colloque de L’Investisseur : "Vos placements financiers : y a-t-il des opportunités en bourse ?", le jeudi 12 mai de 16 à 18 h à Gembloux. L’occasion d’apprendre comment investir dans cet univers devenu complexe (Emmanuel Lefèvre de Fortis Banque) et de voir s’il existe encore des opportunités sur l’EuroStoxx (Vincent Petit de Dierickx Luxembourg).
Entrée gratuite pour les abonnés de L’Investisseur.
Réservation obligatoire au 081.32.06.45 ou par email : seminaires@ucm.be


Un article de L'investisseur (3 mai 2005) L'Investisseur - Pas besoin d'en savoir plus


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?