Compartiments boursiers: une action n'est pas l'autre

 Si l'on veut investir en actions, il importe de savoir à quel secteur, à quel compartiment boursier elles appartiennent. Au sein d'un même secteur, les diverses valeurs présentent des caractéristiques communes, bien particulières du point de vue placement. Ces actions sont-elles des valeurs de croissance, ou de rendement? Sont-elles ou non cycliques,
c'est-à-dire sensibles aux cycles de la conjoncture (successions de crises et de reprises de l'économie)? L'appartenance à un secteur permet de s'en faire une première idée.





L'euro a changé les choses

La classification dite sectorielle des actions revêt une importance encore plus grande depuis que l'euro existe. En effet, au sein de la zone euro, les actions ne diffèrent plus par les taux de change, et se rapprochent. Une valeur chimique allemande, par exemple, peut être comparée plus facilement à une valeur chimique française ou hollandaise.

Une première distinction à faire entre les actions est de repérer à quel grand secteur d'activité elles se rattachent. On distingue ainsi les valeurs de ressources naturelles (pétrole, métaux, plantations,...), les industrielles (dites aussi manufacturières), les financières, les services publics, la distribution.


Valeurs cycliques : choisir le moment

Les valeurs de ressources naturelles et les valeurs industrielles se distinguent par leur nature cyclique. Il ne faut surtout pas en acheter au moment où la conjoncture économique commence à faiblir. Par contre, elles peuvent apporter de beaux gains aux époques (comme aujourd'hui) où l'économie commence à s'améliorer.

Aux valeurs de ressources naturelles appartiennent les pétrolières, les charbonnages (une catégorie il est vrai en voie de disparition), les mines et la première transformation des métaux (cuivre, plomb, zinc, sans oublier l'or qui n'est pas seulement une matière première mais lui-même un instrument de placement).

Parmi les industrielles, il y a les sidérurgiques (acier), le vaste secteur de la fabrication métallique ("de l'aiguille à coudre à la locomotive électrique"), les chimiques (y compris les pharmaceutiques), la construction, secteur-clé ("quand le bâtiment va, tout va"), les textiles, les alimentaires (y compris les sucreries et les brasseries),... Renseignez-vous soigneusement sur leurs caractéristiques particulières au point de vue placement.

En raison de l'importance qu'elles ont prise ces dernières années, rangeons à part les technologiques (informatique, biotechnique). Elles avaient trop monté à la fin des années nonante, d'où leur effondrement par la suite. Aujourd'hui, celles qui n'ont pas fait faillite sont en franche reprise.


Financières, services publics et distribution

Les financières, les valeurs de services publics et celles de distribution sont très peu cycliques. On les dit "défensives", ou "abritées" car leur apport est indispensable en période de crise comme de prospérité. La distribution de produits alimentaires, par exemple, alimente un flux d'affaires continu car les hommes doivent continuer à se nourrir.

Le secteur financier comprend les banques, les assurances, les holdings, les immobilières. En fait, aujourd'hui les deux premiers compartiments sont largement réunis en un seul. On ne voit plus tellement de différence, par exemple, entre une sicav bancaire et un fonds d'assurance ("branche 23").

Les holdings sont nommés plus justement sociétés à portefeuille. Ces sociétés ne produisent pas elles-mêmes, mais gèrent un portefeuille d'actions d'autres sociétés.

Les entreprises de services publics s'occupent d'électricité, de gaz, de distribution d'eau, de télédistribution, de transport en commun, de téléphonie aussi (encore qu'avec le développement de ce dernier secteur on les range parfois parmi les technologiques). C'est aussi le cas des médias, plus ou moins technologiques (beaucoup pour Internet, peu pour la presse écrite...). Quant à la distribution, elle se présente en Bourse comme des chaînes de supermarchés, d'hypermarchés, de magasins divers.

Bourse de Bruxelles (Euronext Bruxelles)
Palais de la Bourse - 1000 Bruxelles
Tél. 02.509.12.12

Adresses boursières et bancaires en Belgique
compilées par Vandenhaute


Dominique Demain

Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?