Bingo!

L’offre sur Solvus a une fois de plus appauvri la cote de Bruxelles. Mais il n’y a pas de quoi se lamenter ! L’OPA lancée par USG sur Solvus est particulièrement attrayante. Il s’agit d’une prime de pas moins 40% par rapport au cours de clôture avant l’offre ou de 22 et 17 fois les bénéfices de respectivement 2005 et 2006. On ne peut que louer Ackermans & van Haaren pour le prix obtenu. En détenant un peu plus de 5 % de Solvus en portefeuille, L’Investisseur participera à l’offre.



Pfizer a lancé une offre d’achat sur la biotechnologique Vicuron Phamaceuticals avec un prix de 84% supérieur au dernier cours. Ce n’est pas un secret de polichinelle, de savoir qu’un grand nombre d’entreprises disposent d’énormes liquidités à investir en vue d’accroître leur part de marché ou de diversifier leur portefeuille. Cette tendance pourrait se poursuivre encore un certain temps. Ceci démontre que les bourses ne sont pas encore surévaluées.

Nous éprouvons un peu plus de difficultés à comprendre l’offre d’achat faite par la société pharmaceutique indienne Matrix sur Docpharma au prix de rachat de 34 euros, soit une prime de 13,3% par rapport au cours de clôture de vendredi dernier ou 17 fois le bénéfice attendu pour l’an prochain. C’est maigre compte tenu des perspectives de croissance du marché des génériques. Les investisseurs qui ont pris part l’an dernier à l’augmentation de capital à 32,99 euros se sentiront lésés. Par contre, cette OPA valorise Docpharma à quelques 193,85 millions d’euros. Ce n’est pas si mal pour une société qui n’a été érigée qu’en 1999. Ainsi la famille Van Rompay a voulu passer à la caisse pour engranger au passage 38,5 millions de dollars. Il n’est pas encore certain que Docpharma disparaîtra de la cote.

Malgré tout ce remue-ménage, les investisseurs ont manifestement opté pour la sécurité, à voir le succès de l’introduction en bourse d’Elia. Le titre a été 10 fois sur souscrit, ce qui a poussé le cours dans le haut de la fourchette, soit 26,50 euros. Hier, le cours a ouvert à 28,75 euros. C’est un rendement sur dividende de 3,3% ou 3,8% avec les strips VVPR. Rien d’exceptionnel. Aussi ne courrez pas après le cours.

La recherche de sécurité nous incite à penser que les bourses n’ont pas encore viré dans l’exagération. Nous estimons que ce sentiment positif devrait persister encore un temps. Ne prenez donc pas trop rapidement vos bénéfices, laissez grimper vos plus-values, Toutefois le niveau record du baril de pétrole suscite quelques soucis.

Un article de L’investisseur (21 juin 2005) L'Investisseur - Pas besoin d'en savoir plus



Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?