Les ménages belges épargnent moins

TirelireCette tendance est confirmée par la Direction générale Statistique et Information économique du Service Public Fédéral (SPF) Economie. Les chiffres sont clairs: le ménage belge, grand épargnant en 1995, a fortement réduit son épargne. Alors qu'en 1995, seuls les ménages italiens mettaient de côté une plus grande part de leurs revenus disponibles, les ménages belges se sont fait dépasser en 2008 par les ménages de 5 autres pays européens.


En Belgique, en 1995, le taux d'épargne brut des ménages était de 20%. Autrement dit, 1/5 des revenus disponibles était mis de côté. Le fait, pour les ménages, d'investir dans un logement est considéré comme une forme d'épargne. C'était donc un taux fort important, seulement dépassé par les ménages italiens dont le taux d'épargne s'élevait à 21,9%. Le taux d'épargne le plus réduit se retrouvait au Danemark avec "seulement" 7,6%.

Mais la situation a évolué défavorablement en Belgique en ce qui concerne l'épargne et, 5 ans plus tard, le taux d'épargne chez les ménages belges n'est plus que de 15,4%. 2001 connaîtra un sursaut (16,6%) avant que les pourcentages ne descendent (avec quelques remontées en 2007 et 2007) pour attendre les 12,3% de 2008.

Font aujourd'hui "mieux" l'Allemagne (17,1%), l'Autriche (16,4%), la France (15,5%), l'Italie (15,1%), les Pays-Bas (12,6%). En bas du tableau, le Royaume-Uni avec un tax d'épargne de -0,3%.

Robert Derumes



 


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?