Etes-vous trop fidèle à votre banque?

Liasse de billetsC’est ce que pense l’association de consommateurs Test Achats. Celle-ci constate par exemple que 67% des Belges ont tenté de négocier leur crédit hypothécaire mais dans le même temps, 4 Belges sur 10 ont accepté de se voir imposer une assurance habitation proposée par le prêteur. Par ailleurs, 1 Belge sur 2 a accepté une domiciliation de son salaire et plus de 50%, une assurance vie.


Malheureusement, cette plaie des produits annexes coûte cher au consommateur car ces produits non comparés et "non choisis" sont souvent plus chers auprès des grandes banques que les Maître-Achats désignés par Test Achats.

Cette enquête a notamment été menée auprès de 1.000 Belges et 1.200 membres de Test Achats. Le questionnaire couvrait 5 domaines:

  • Immobilier : possédez-vous un ou plusieurs biens immobiliers, comptez-vous en acquérir, que pensez-vous qu’il arrivera aux prix de l’immobilier dans les années à venir…
  • Crédits : crédits à la consommation, emprunts hypothécaires : combien, dans quel but, souscrit(s) chez quel(s) prêteur(s), à quelles conditions…
  • Assurances : quelles assurances avez-vous, où les avez-vous souscrites, et pourquoi…
  • Epargne/ investissements : mettez-vous de l’argent de côté régulièrement, combien, l’investissez-vous et comment…
  • Héritage et succession : y avez-vous déjà songé ou pris des mesures concrètes…

Souvent propriétaires

Près de ¾ des Belges possèdent leur maison ou leur appartement. 58 % des Belges ne sont pas propriétaires de leur habitation et envisagent d’acheter un appartement ou une maison dans les années à venir. 44 % des Belges ont un crédit hypothécaire en cours. 6 Belges sur 10 ont opté pour un taux fixe, qui s’élève en moyenne à 4,69 %. Généralement, le prêt s’étale sur 20 ans. 67 % des Belges disent avoir essayé de négocier les conditions de leur emprunt, et y être parvenu dans 9 cas sur 10. Parmi ceux qui n’ont pas tenté leur chance, on retrouve beaucoup de gens qui estiment être en situation financière difficile. De manière générale, plus leur situation est meilleure, plus les gens essaient de négocier.

Pour obtenir de bonnes conditions, les consommateurs n’ont souvent d’autre choix que d’acheter toute une série de produits annexes proposés par l’institution financière. Ainsi, au terme des négociations, 1 Belge sur 4 a contracté une assurance habitation et plus de 1 sur 2 (53%) a accepté de souscrire une assurance-vie auprès du prêteur ou a signé une domiciliation de salaire (50%). Au final, le consommateur est souvent perdant car dans les grandes banques, ces produits coûtent souvent plus cher que les Maîtres-Achats établis par Test-Achats. 

Le poids du crédit

4 Belges sur 10 remboursent au moins un crédit à la consommation. La plupart du temps, ces prêts servent à financer l’achat d’une voiture (61%) ou à rénover la maison (34%), mais aussi à payer des factures ou des impôts (9%) mais aussi au remboursement d’autres emprunts (6%) ou encore à l’accès aux services médicaux (5%). Seule 1 personne sur 3 connaît le taux d’intérêt appliqué à son ou ses crédits. 70 % des Belges ont souscrit tous leurs crédits dans une seule et même institution…

Alors que 43 % des affiliés de Test-Achats ont contracté leurs crédits dans 2 banques ou plus. 24% des Belges consacrent plus d’un tiers des revenus de leur ménage au remboursement de tous leurs crédits.

Pratiquement, 1 Belge sur 5 déclare posséder une carte de crédit revolving mais beaucoup affirment ne jamais utiliser la réserve mise à disposition. Près de 20% des Belges possèdent une carte de crédit "revolving". Pour rappel, le crédit revolving dit aussi permanent est une forme de crédit consistant à mettre à disposition d’un emprunteur une somme d’argent sur un compte particulier ouvert auprès de l’établissement dispensateur de ce crédit, de façon permanente et avec laquelle il peut financer les achats de son choix. Test Achats a toujours mis en garde contre le caractère dangereusement souple, ce qui est confirmé par les chiffres de défaut de paiement de la Centrale des Crédits de la Banque Nationale, les ouvertures de crédit revolving représentant 43% de l’ensemble de tous les défauts de paiement.

Moyens de paiement

L’argent liquide a toujours la cote. Chacun garde en moyenne entre 58 et 74 euros sur lui.

La carte de débit, l’argent liquide et la carte de crédit à paiement différé (non revolving) forment, dans l’ordre, le trio des moyens de paiements les plus populaires chez nous. On pourrait penser que le cash est réservé aux petites emplettes, ce n’est pas le cas : de nombreux Belges règlent des achats importants en liquide, comme une voiture (26%), des vacances (38%), des meubles (37%) ou de gros appareils ménagers (37%).

Epargne et investissement

60% des Belges épargnent de manière régulière. Dans plus de la moitié des cas, le montant de cette épargne varie entre 100 et 500 euros par mois. Les raisons les plus importantes qui poussent les Belges à épargner sont les dépenses imprévues (accident, maladie,...), la pension, les achats importants et les enfants.

Les Belges préfèrent les placements peu risqués : 85 % investissent principalement dans des produits à risque faible ou moyen. En tête desquels on trouve bien sûr le compte d’épargne. 95% des épargnants en possèdent au moins un. Les épargnants belges déclarent que plus de la moitié de leurs placements (54%) se retrouve sur un compte d’épargne (44% seulement chez les affiliés de Test Achats). Pourtant, le compte d’épargne n’est pas la solution la plus appropriée si les consommateurs disposent d’économies dont ils peuvent se passer pendant au moins 5 ans. D’autres placements offrent davantage de rendement à long terme, une assurance épargne par exemple, s’ils souhaitent une protection du capital ou, des sicav s’ils acceptent un certain risque.

En ce qui concerne la source d’information en matière d’épargne et de placement, la banque en est la principale pour la plupart des Belges. 6 Belges sur 10 ne comparent presque jamais les offres. Pourtant, près de la moitié des personnes interrogées sont insatisfaites du rendement de leurs placements.

Enfin, les épargnants sont particulièrement sensibles aux frais de gestion et de transaction car dans 81% des cas, ils en tiennent compte pour le choix de leur placement et cet aspect concentre de nombreuses plaintes des 12 derniers mois. Sur son site www.budget-net.com, Test Achats donne un aperçu très complet des différents coûts des fonds et produits structurés ainsi que des frais demandés par les "brokers on line" (courtiers en ligne) pour les transactions.

Les Belges et leur succession

1 Belge sur 3 a déjà pensé à sa succession, mais n’a encore rien entrepris pour l’organiser concrètement. Naturellement, plus l’âge avance, plus on y pense : 40% des 55-74 ans y songent et 33% ont déjà pris certaines dispositions. 38% des répondants considèrent que la question se réglera après leur disparition.

Il est cependant possible qu’ils aient déjà partiellement arrangé leur succession sans le savoir. En effet, il n’est pas sûr qu’ils aient fait le rapprochement entre celle-ci et le fait d’aider leurs enfants pour acheter ou construire une maison, en leur donnant de l’argent ou en un terrain, par exemple.

L’argent fait-il le bonheur ?

L’argent ne constitue certainement pas l’aspect le plus important de la vie des Belges : il n’arrive qu’après la famille, la santé, les amis, la vie sociale et la vie professionnelle. Mais il contribue sans nul doute à leur bonheur. La plupart des sondés estiment que leur situation financière est confortable (43% des Belges) ou qu’elle "suffit à joindre les deux bouts" (41%) sont plutôt heureux dans la vie. A l’inverse, 77% de ceux qui se disent en situation financière très difficile ne se considèrent pas très heureux, voire pas du tout.

  • Le site web de Test-Achats :
    www.test-achats.be
  • Le site web de Budget Hebdo :
    www.budget-net.com
     

Robert Derumes


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?