Mariage surprise!

Echarpe maïoraleElle a septante ans et elle se réjouissait de venir, avec toute la famille, faire une fête surprise à son cadet à l’occasion de son anniversaire. Mais tel est pris qui croyait prendre : la famille s’est retrouvé face au jubilaire, à sa compagne... et au bourgmestre qui allait les marier !


Le coup avait bien été monté. Toute la famille était persuadée que la surprise allait être totale. La compagne du quadragénéraire avait signalé à ses frères, à sa mère que cet anniversaire lui "allait loin" et qu’on allait organiser une fête pour qu’il puisse franchir ce cap difficile des 40 ans.

Pourquoi pas ? D’ailleurs, elle avait réservé un chalet dans lequel toute la famille s’est réfugié. Chacun écoutant les consignes pour éviter de croiser le jubilaire dans le village ou les environs. C’est ainsi que sa compagne s’était soi-disant échappée de chez elle sous le prétexte fallacieux d’installer des programmes informatiques chez une copine alors qu’elle organisait le dîner de ses hôtes dans le chalet.

Le samedi, chacun attendait le signal que le beau-frère "de la main gauche" devait recevoir. Un appel SMS plus tard et tous de se précipiter dans les voitures pour se rendre dans le centre du village et faire la surprise au néo-quadaragénaire.

Sauf qu’il était bien là à attendre les voitures, pas l’air supris du tout. Sa compagne et leur enfant sont près de lui... ainsi qu’un homme en costume portant une écharpe... comme un bourgmestre.

Les futurs "beaux-parents" n’ont pas encore compris. Sa mère, si. Le visage s’empourpre; les larmes montent.

Une alliance à faible coût

Et chacun de gagner la minuscule salle des mariages. Le frère aîné a toujours son appareil photo avec lui et il monte en ligne pendant le discours du maïeur. Il fixe la mère qui ne trouve rien d’autre à dire que : "Si j’avais su, j’aurai fait toilette". Le mariage suit son cours : les mariés échangent leur promesse. Et voilà les alliances que leur fille porte en poche. Des alliances ? Simplement une baque que sa mère porte depuis longtemps et une semblable achetée pour son père pour l’occasion. Dont coût 16 euros.

Et la mère, un brin conformiste, de se dire sans doute que ses enfants ne feraient jamais rien comme les autres. Le premier à s’être marié avait "juste" contracté un mariage civil; il était le premier dans toute la famille élargie à ne pas se marier à l’église... et à ne pas faire appel au cousin curé. L’autre fils avait, lui, trouvé intelligent de se marier un 1er avril.

En se mariant de la sorte, le plus jeune de ses fils a sans doute voulu montrer son indépendance, un rejet des conventions, tout en associant quand même sa famille pour faire la fête.

Mais la question qui reste dans la tête de la mère est : comment vais-je raconter cela à mes ami(e)s ? Que répondre quand ils vont m’interroger sur la tenue de la mariée ?

Philippine Campener


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?