Les adolescents français, belges et l'Internet

Adolescente & InternetQue font les ados de France et de Belgique sur l'Internet? Une question que se posent bien des parents. Une question à laquelle répond une étude menée à la demande Trend Micro, une société spécialisée dans la sécurisation du contenu Internet. 


Des chiffres pour la Belgique et les Pays-Bas

505 adolescents âgés de 12 à 18 ans et 514 parents ont participé à cette étude menée dans le Benelux.

Malveillants

Les parents craignent avant tout que leurs enfants adolescents ne rencontrent des personnes malveillantes en ligne. 46 % des parents en Belgique et aux Pays-Bas craignent ainsi une mauvaise rencontre sur le web. 17% ont peur que leurs enfants ne placent des données à caractère personnel en ligne.

Contrôle parental?

La moitié des adolescents entre 12 et 18 ans disposent d'un ordinateur dans leur chambre et 48% utilisent un ordinateur dans un lieu public, échappant dans les 2 cas au contrôle de leurs parents. 22 % des parents ne contrôlent d'ailleurs jamais ce que font leurs enfants adolescents sur le web et la moitié ne fait qu'en parler. À peine 7% déterminent quels sites leurs enfants peuvent et ne peuvent pas visiter.

Les résultats varient fortement d'une province à l'autre: plus de la moitié des parents au Hainaut (63%), à Anvers (60%) et à Namur (60%) parlent avec leurs enfants de ce que ceux-ci font sur l'Internet, mais ils ne sont que 15% à le faire au Brabant wallon. Au Luxembourg (33%) et au Brabant flamant (25%), les parents vérifient régulièrement ce que font leurs enfants en ligne. Dans la province de Namur, aucun parent n'a déclaré le faire.

Ados et réseaux sociaux

seul un quart des adolescents entre 12 et 18 ans connaissent effectivement tous leurs contacts sur des réseaux sociaux tels que Facebook ou Netlog. Un commentaire de Trend Micro: "Cette attitude est extrêmement dangereuse car elle permet aux hackers d'agir de façon aisée". 5 % des adolescents connaissent même moins de 25 % de leurs contacts sur ces réseaux.

Indiscrétions

Plus de la moitié des jeunes Belges (56 %) considère qu'il n'est pas amusant ni cool de lire en cachette les e-mails d'une autre personne ou de se faire passer pour quelqu'un d'autre en ligne. Pourtant, 15% des adolescents ont déjà lu les e-mails d'un membre de leur famille sans son autorisation, et 8% ceux d'un ami. 21% se sont déjà fait passer pour quelqu'un d'autre sur le web. 3,2% ont même consulté les comptes bancaires en ligne de leurs parents. Lorsqu'on leur demande s'ils pirateraient et espionneraient des gens s'ils savaient qu'ils pourraient gagner beaucoup d'argent en le faisant, 17% soupèseraient la question, 10% seraient fortement tentés de le faire et seuls 3% n'hésiteraient pas un instant.

Les jeunes consacrent un temps non négligeable au web. 37% des adolescents sondés passent ainsi de 1 à 2 heures par jour en ligne, 27% surfent jusqu'à 3 heures quotidiennement et 21% entre 3 et 4 heures. Un groupe de 7% consacre plus de 4 heures chaque jour au surf.

Ados français et Internet

En France, Trend Micro a également fait mener une enquête en mars 2009 auprès d’un échantillon représentatif de 505 parents âgés de 16 à +55 ans et de 505 enfants âgés de 12 à 18.

Des jeunes "isolés"

Selon les parents interrogés, pour 1 enfant sur 3, la chambre est le 1er lieu de surf sur internet devant le salon (25,5%) et le bureau (21,8%). La tendance serait même à l’isolement de l’enfant dans sa chambre puisque, chez les jeunes parents (entre 25 et 34 ans), c’est près d’un enfant sur deux (44,4%) qui accède à internet dans sa chambre.

Il est donc difficile, voire impossible, pour les parents de connaitre de manière précise l’utilisation que leurs enfants font d’internet, mais surtout les messages et sollicitations auxquels ils sont exposés.

Si la surveillance n’est visiblement pas la priorité des parents, la majorité d’entre eux (53,9%) a déjà adopté un logiciel de contrôle parental. Pourtant, 54% estiment que ce type de logiciel n’est pas suffisant pour assurer une sécurité optimale face aux différents usages qu’ont leurs enfants d’internet…

L'activité des adols sur Internet

Le "chat" est, de loin, l’activité favorite des adolescents sur internet (45%), bien devant les recherches scolaires (18,4%), la consultation de réseaux sociaux (de type Myspace, Facebook soit 15,2%) ou encore l’échange d’e-mails (12,9%). Ce phénomène du "chat" concerne particulièrement les filles(47% pour 41,3% des garçons).

Si le "chat" reste, quel que soit l’âge du jeune, le 1er usage qu’il a d’internet, les autres activités varient significativement: ainsi les recherches scolaires chutent de 61% entre 12 et 18 ans, passant de 31,9% à 12,3%. Inversement, la consultation de sites de réseaux sociaux explose littéralement à mesure que l’enfant grandit, passant de 4,3% pour les 12-13 ans à 19,8% pour les 16-18 ans, soit une croissance de 360% entre 12 et 18 ans!

Réseaux sociaux et "mauvaises rencontres"

D’après l’enquête, seulement 16% des adolescents ont déjà rencontré tous les "contacts" de leur réseau, alors que 31,1% en connaissent moins de la moitié, voir aucun pour 10%. En revanche, les filles, qui sont 90% à utiliser les outils sociaux (pour 78% de garçons), sont 62% à connaître plus de la moitié de leurs "contacts".

Si 1 enfant sur 5 déclare avoir déjà fait une mauvaise rencontre, ce sont les filles qui sont particulièrement touchées (27%) par ce genre de problème.

Chez les parents, qui sont 40% à être bien conscients de l’utilisation régulière de cet outil, seulement 32% estiment connaitre les "contacts" de leurs enfants, proportion qui baisse à mesure que les parents vieillissent. En effet, la majorité des + de 55 ans (57%) n’en connaissent que quelques-uns, voir aucun pour 14%.

Jeunes et indiscrets 

Près d’1/3 des jeunes Français déclarent avoir déjà lu les e-mails de membres de leur famille ou amis, et la tendance s’accentue chez les 16-18 ans. Par ailleurs, 30,4% se présentent en ligne sous une fausse identité; 23,5% lisent les e-mails de membres de leur famille à leur insu et 15,4% lisent les e-mails de leurs amis à leur insu.

De futurs pirates?

A la question Si l'on vous disait que vous pourriez gagner beaucoup d'argent en piratant des ordinateurs/en espionnant des personnes en ligne, le feriez-vous?, près d’1/3 des jeunes sont tentés par l’aventure du piratage en ligne, si celui-ci leur permet de gagner de l’argent. Une proportion encore plus importante chez les 16–18 ans, qui sont 40,6% à être prêts à pirater pour gagner leur argent de poche.

  • Trend Micro:
    www.trendmicro-europe.com

Philippe Allard


 


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?