Familles, devez-vous craindre les sectes?

On se souvient des travaux de la commission d’enquête parlementaire sur les sectes, du drame de l’Ordre du Temple Solaire et d’autres dossiers judiciaires. Mais faut-il réellement craindre l’influence des sectes? Peuvent-elles réellement perturber un individu, briser un couple, une famille?


 

 

L’auteur de ces lignes a publié par le passé un dossier dans le groupe Sud Presse autour du phénomène sectaire. Ces articles avaient été mis à jour et développé dans un site intitulé Non aux sectes (

archives
). Un site qui avait retenu l'attention de la scientologie. Elle avait ainsi mis au point le "Scientology Internet Filter" qui censure des groupes de discussion et sites Internet qui contiennent certains mots ou termes... comme "Philippe Allard". Quelques années plus tard, l'analyse du phénomène sectaire reste la même : les sectes sont présentes et très actives. 

Le respect des croyants

Il faut bien reconnaître que cette matière n’est pas facile à traiter. Il ne serait que trop facile de se moquer d’une croyance en la passant sous le crible de la raison. Les religions "instituées" résistent-elles à cet examen? La foi ne se jauge pas scientifiquement. Par ailleurs, il est trop simple de se gausser des rituels.

Et la mise en cause de "sectes" pour cause d’agissements douteux de l’un ou l’autre des "pasteurs" n’est pas sérieuse. On ne peut, en soi, condamner l’église catholique pour le comportement pédophile de certains de ses prêtres. Par contre, on peut condamner toute église ou secte qui couvrirait des agissements délictueux ou criminels ou en ferait son enseignement.

Groupes sectaires nuisibles

Les sectes existent-elles vraiment ? Ou range-t-on dans cette catégorie fourre-tout les nouvelles religions" et les "églises" dissidentes, minoritaires ou qui n’auraient pas encore "réussi"? Les "anti-sectes" s’en prennent plutôt aux agissements ou dérives sectaires. Leur cible: les "groupes sectaires nuisibles" selon la phraséologie employée par le Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles

Rappelons qu’en Belgique, il n’existe pas de "délit de secte". Comme le rappelle le Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles, par organisation sectaire nuisible, la loi entend tout groupement à vocation philosophie ou religieuse, ou se prétendant tel, qui,dans son organisation ou sa pratique, se livre à des activités illégales dommageables,nuit aux individus ou à la société ou porte atteinte à la dignité humaine.

Le caractère nuisible d’un groupement sectaire ne peut donc être examiné que sur la base des principes contenus dans la constitution, les lois, décrets et ordonnances et les conventions internationales de sauvegarde des droits de l’homme ratifiées par la Belgique.

Des victimes

Certains aiment à dire que les sectes n’existent pas et, sur le web, vous trouverez des défenseurs de cette thèse évoquant les nouvelles spiritualités. C’est faire rapidement fi des victimes. Qu’on les appelle églises, sectes, groupes de développement personnel ou autres, certains groupes font des dégâts. Il faut avoir rencontré ces personnes dont la vie a basculé à cause de sectes pour se rendre compte des conséquences néfastes de l'activité de certains groupes.

Ces groupes s’adressent généralement à des personnes qui présentent une "faille". Celle-ci peut apparaître à tout moment : un deuil, une maladie, une dépression, un divorce, la perte d’un emploi… Autrement dit, elles abusent de la position de faiblesse d’une personne pour lui apporter des "réponses". Le nouvel arrivant dans le groupe se voit "bombardé d’amour" (en anglais, on parle de "love bombing")… avant que le groupe ou son responsable ne se mettre à avoir des exigences. Notamment en obligeant l'adepte à s'investir et à faire preuve de prosélytisme.

Si un de vos proches est victime d’une secte, il vous est surtout recommandé d’être patient. Les arguments rationnels n’ont que peu de prise sur un adepte. Ils peuvent même le confirmer dans l’idée que son groupe est persécuté. Vous devez donc tenter de garder le contact et être prêt à l’accueillir le jour où il voudra quitter son groupe. Car c’est chose difficile! En quittant un groupe sectaire, on perd ses références et ses amis, on admet s’être trompé parfois pendant de longues années.

L’info sur les groupes sectaires

L’information sur les groupes sectaires provient de diverses sources. Des sectes elles-mêmes très présentes sur le web, y compris à travers des associations satellites. Leur spécialité: créer des associations actives dans des domaines comme la liberté de croyance, d’expression et la défense des droits de homme. Les sectes peuvent ainsi pénétrer des réunions internationales. Voire bénéficier de moyens, notamment européens.

Certains sites sont orientés "nouvelles religions" et sont parfois taxés de complaisants vis-à-vis des groupes sectaires :

  • Cesnur (
    www.cesnur.org)
  • Centre de ressources et d’observation de l’innovation religieuse (CROIR) [ex-Centre de consultation sur les nouvelles religions (CCNR)] (
    www.religion.qc.ca)
  • Centre d’Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (
    www.sectes-infos.net
    )

Comme tout et son contraire sont présents sur le web, on trouve aussi des sites anti-sectaires. Il s’agit de sites personnels (

www.prevensectes.com
) ou de sites d’associations.

Ces associations peuvent avoir un caractère officiel ou être issues de l’initiative de personnes comme, par exemple, des anciennes victimes de sectes et/ou leurs proches. Elles peuvent comprendre ou non des professionnels de l’aide (psychologue, assistant social).

Attention cependant: la lutte contre les groupes sectaires est parfois gênée par des personnes qui utilisent l’appartenance à une secte comme argument dans des affaires de divorce, de garde d’enfant. Elles en arrivent parfois à créer leur propre association de lutte. Or l’appartenance à un groupe qualifié de sectaire ne signifie pas en soi des problèmes dans l’éducation d’un enfant. En tout cas, pas avec tous les groupes sectaires.

Associations "anti-sectaires" en Belgique

CIAOSN - Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles
Rue Haute, 139 - 1000 Bruxelles
Tél. 02.504.91.68 – fax 02.513.83.94
E-mail:

info@ciaosn.be

Site web :
www.ciaosn.be

Note : ce centre fédéral officiel fournit des informations mais ne procure aucune assistance psychologique.

ASFVS - Association de Soutien aux Familles Victimes des Sectes
rue Fontaine de la Blanche, 16 - 7803 Ath (Bouvignies)
Tél. 068. 28.31.20

AVCS - Aide aux Victimes des Comportements Sectaires
Warre, 45 - 6941 Durbuy (Tohogne)
Tél. 086.21.41.85 – fax 086.21.10.85
E-mail :

nbo@belgacom.net
 
Site web :
www.multimania.com/avcs

AVPA - Aide aux Victimes de Psychothérapeutes Autoproclamés
La Vaulx-Richard, 12 B - 4970 Stavelot
Tél. 080.86.32.26 – 0474.341.985
E-mail :

mdelacroix@freegates.be

AVPIM - Association des Victimes de Pratiques Illégales de la Médecine
rue de la Vignette, 82 - 1160 Bruxelles
Tél. 0477. 699.755

CIGS - Contact et Information sur les Groupes Sectaires
rue du Congrès, 9 - 1000 Bruxelles
Tél/fax 02.219.87.66
Permanence : mardi et vendredi de 14h30 à 18h
E-mail :

info.help@cigs-belgique.be
 
Site web :
www.cigs-belgique.be
  

OLS - Observatoire Local des Sectes de Louvain-la-Neuve
rue des Wallons, 10 - 1348 Louvain-la-Neuve
Tél. 010.47.40.18

SAS - Studie- en Adviesgroep Sekten
Postbus 1 - 8310 Sint-Kruis
Tél. 050. 67.03.99 – 0494.10.30.52
E-mail :

tabora@pandora.be
 
Site web :
users.pandora.be/sasvzw/
  

SOS Sectes
rue Marconi, 85 - 1190 Bruxelles (Forest)
Tél. 02.345.96.32
E-mail :

sos-sectes@skynet.be
 
Site web :
www.sos-sectes.org

Enquête parlementaire

Enquête parlementaire visant à élaborer une politique en vue de lutter contre les pratiques illégales des sectes et le danger qu’elles représentent pour la société et pour les personnes, particulièrement les mineurs d’âge (1996-1997)

  • 1re partie
    (PDF)
  • 2e partie
    (PDF)

Philippe Allard


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?