Symboles funéraires, abréviations, imageries de nos cimetières de M à P

Le symbolisme funéraire peut être révélateur de la personnalité du défunt ou des conditions de sa mort. La "lecture" du symbole peut déterminer la tranche d’âge lors du décès, le sexe, l’état civil, le métier, les options philosophiques et politiques... Toutefois, une mise en garde est nécessaire ; le symbole se lit mais n’est point une grammaire aux règle intangibles; les exceptions sont légion. De M à P.


A-B
/
C-D
/
E-G
/
H-L
/ M-P /
Q-Z
/

Les mains unies ou alliance
L'alliance est le terme utilisé par les marbriers pour désigner deux mains entrecroisées dont la supérieure est généralement celle d'une femme à l'annulaire présentant une alliance.
Ce bijou est un cercle parfait - forme sans début ni fin - qui symbolise la permanence du couple malgré la mort. L'alliance est un anneau et, par là, l'affirmation d'un attachement. Les poignets peuvent être prolongés par les manches de vêtements caractéristiques de chaque sexe.
L'alliance symbolise donc le fait que la mort ne rompt pas les liens du mariage et la certitude que le couple se recomposera avec la mort du survivant ou avec la Résurrection. C'est pourquoi certaines représentations de l'alliance font surgir les manches des vêtements de volutes suggérant les cieux.
L'alliance peut être confondue avec les mains unies qui expriment la concorde, la solidarité, l'entraide et la fraternité que l'on trouve dans des sigles de mutuelles, syndicats, coopératives, de la Vrije Universiteït Brussel... Elle peut orner la sépulture d'une personne qui a mené des actions sociales.
Dans le même sens, les mains unies sur une sépulture sans croix indiquera vraisemblablement l'adhésion du défunt à la libre pensée.
Les mains unies deviennent "la griffe", une manière particulière de se serrer la main qui permet aux compagnons du Tour de France ou aux francs maçons de se reconnaître.

Marie
Marie, la Mère du Christ apparaît de diverses manières sur les tombes: tenant son Fils dans les bras ou sur les genoux, souvent une fleur de lys dans une main; sur le calvaire, au pied de la croix, regardant le ciel avec l'assurance que son fils rejoint le Père; en pieta, courbée de chagrin sur le corps du Christ; devant l'Assomption, souvent accompagnée d'anges; lors de son apparition à Bernadette à Lourdes….


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?