Urban Trad nous a fait aimer l'Eurovision

Cette année, la Belgique a pu participer au Concours Eurovision de la Chanson. C'était au tour de la partie francophone du pays à choisir son candidat. Le choix s'est porté sur le groupe folk Urban Trad. Malgré le scandale autour de la chanteuse Soetkin Collier et sa sympathie pour l'extrême droite, le groupe a pu se frayer un chemin vers la célébrité le samedi 24 mai 2003.


Les débuts

Le Concours Eurovision de la Chanson a été créé en 1956 en Suisse et 7 pays y prirent part (le Benelux, l'Italie, la France, l'Allemagne et leurs hôtes, la Suisse). Le précurseur du Concours Eurovision de la chanson était le festival de la chanson de San Remo en Italie. Le nom "Eurovision" a été donné par mimétisme avec le réseau de distribution du même nom qui gère la diffusion des émissions pour l'Europe entière depuis les années 50.

Une série de règles du jeu ont été mises au point. Elles ont connu un certain nombre de modifications au cours des années. La nationalité des participants n'a pas d'importance. Les artistes ne doivent pas nécessairement avoir la nationalité du pays qu'ils représentent. Le plus souvent c'est le cas, mais il y a des exceptions. En 1963, la chanteuse grecque Nana Mouskouri a concouru pour le Luxembourg et, en 1988, la québécoise Céline Dion a gagné pour la Suisse avec le titre : "Ne partez sans moi".

Le nombre de participants par pays a toujours été limité à 6 personnes. Un groupe plus important ne peut donc pas se produire. Urban Trad a dû laisser une partie de ses membres en Belgique pour cette édition 2003. En fait, le groupe est normalement composé de 9 membres. En plus de la contestée Soetkin Collier, qui est restée à la maison pour des raisons tactiques, 2 autres membres se sont retirés.

La Belgique a participé au changement des règles, lorsqu'en 1986, la jeune Sandra Kim, 13 ans, prit la tête du concours. Avant cela, il n'y avait pas de limite d'âge, mais après la victoire de Sandra Kim, on décida d'imposer l'âge minimum de 16 ans.

Le choix de la langue de la chanson était libre dans les premières années du concours. En 1976, cela fut changé, entre autres parce que la victoire d'Abba avec "Waterloo" chanté en anglais en 1974 avait provoqué un séisme en Suède. Les quelques années qui ont suivi, il a fallu chanter dans l'une des langues officielles du pays participant. Cela a été aboli il y a quelques années et l'on peut à nouveau choisir librement la langue dans laquelle on chante.

Avec 7 victoires, c'est l'Irlande qui a eu le plus de succès dans l'histoire du festival. L'Irlandais Johnny Logan a gagné deux fois en tant que participant, en 1980 et 1987 (avec "Hold me now") et a également écrit la chanson gagnante de Linda Martin en 1992.
 

L'édition 2003 à Riga, Lettonie

 Le samedi 24 mai, l'édition 2003 de l'Eurovision de la chanson a eu lieu à Riga, Lettonie. Les bookmakers avaient parié sur la victoire de Malte et de la Russie. La Belgique était estimée arriver à la 15e place.

Les participantes les plus remarquées étaient sans conteste les Russes. Les filles de T.a.T.u. sont connues depuis peu dans toute l'Europe grâce à leur titre phare "All the things she said". La popularité de la chanson a sans nul doute un rapport avec le clip dans lequel les deux jeunes filles s'embrassent passionnément sous la pluie. Cette scène lesbienne a provoqué des spéculations sur la nature des chanteuses. Sont-elles réellement lesbiennes ou s'agit-il uniquement d'une action de marketing? En tout cas, T.a.T.u. avait toutes ses chances de gagner.

Urban Trad

Urban Trad n'existe que depuis 2 ans. Le leader du groupe est le chanteur, compositeur et flûtiste, Yves Barbieux. Il a voulu créer un groupe destiné à mettre la musique populaire à la portée d'un public plus important et aussi plus urbain. +D'où le nom du groupe, Urban Trad. En 2001, "One-O-Four", leur premier CD a immédiatement grimpé. Le groupe a obtenu assez rapidement une solide réputation de performers, notamment lors de leur participation au Dranouter Folk Festival. En 2003, Urban Trad a également déjà été remarqué lors du Festival Nekka Nacht à Anvers, où ils ont apporté une contribution à une prestation des Kreuners.

Le groupe est composé de 9 membres amateurs de musique traditionnelle. Urban Trad a voulu envelopper sa musique de modernisme afin de toucher un public plus familiarisé aux consonances électroniques de la musique actuelle. C'est pourquoi une touche techno et des sons électroniques sont présents dans les chansons. Ils restent toutefois ancrés dans leurs racines traditionnelles de folk. Fin avril 2003, est sorti "Kerua", le nouvel album du groupe.

Il y a aussi des Flamands dans le groupe Urban Trad. La plus connue est devenue Soetkin Collier qui n'a pu rejoindre Riga. La chanteuse a été accusée de sympathie avec l'extrême droite. Son père aurait autrefois tenu un café qui était un lieu de rencontre pour les sympathisants extrémistes. Soetkin Collier a fait savoir qu'elle avait rompu avec son passé et restera membre du groupe. Urban Trad a néanmoins décidé de l'écarter lors du concours de Riga afin d'éviter de retenir l'attention pour cette raison. C'est la chanson "Sanomi" qu'Urban Trad a décidé de chanter lors de l'Eurovision. Cette chanson rythmée est chantée dans un langage imaginaire.

Plus personne n'ignore l'accueil obtenu par le groupe. Le suspense fut entier jusqu'au dernier vote et, pour la première fois depuis Sandra Kim, tous les Belges ont cru à la victoire jusqu'à la dernière minute. C'est cependant la chanson turque qui a gagné avec "Everyway that I can". La 2e place des Belges (165 points, à 2 points du vainqueur) leur a d'ores et déjà procuré un tremplin et un beau coup de publicité. A son retour de Riga, Urban Trad a été accueilli chez le Premier Ministre Guy Verhofstadt, ce qui prouve généralement l'impact sur l'image de la Belgique.

Les 9 membres :

Yves Barbieux : flûtes et cornemuse galicienne
Veronica Codesal : chant
Soetkin Collier : chant
Didier Laloy : accordéon diatonique
Philippe Masure : Guitare acoustique
Michel Morvan : batterie
Dirk Naessens : violon
Marie-Sophie Talbot : chant, piano & percussions
Cédric Waterschoot : basse

Sites web

  • www.urbantrad.com
  • Site officiel de l'eurovision en Lettonie
  • www.eurosong.be
  • www.eurosong.net

Paul Willems (adaptation : Julia Limbourg)


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?