Un prix Nobel de littérature expose Gao Xingjian et 'Le goût de l'encre'

Dramaturge, romancier, nouvelliste, Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, est aussi peintre. Son œuvre est exposée à Mons.




Considéré comme l'un des pionniers des arts et de la littérature d'avant-garde dans son pays, le dissident chinois, réfugié en France depuis 1989 accède à la notoriété en Occident suite à la
publication de deux romans : "La Montagne de l'âme" (1990) et "Le Livre d'un homme seul" (1999).

L'œuvre que Gao Xingjian poursuit depuis 1964 se développe à travers différents thèmes : le rapport à la tradition, le désir de briser le carcan des conventions en se tournant vers l'Occident, l'appropriation moderne de la technique ancestrale de l'encre, les conditions d'émergence de l'image, le rituel spiritualiste qui conduit à sa formulation. Au-delà des mots, libérée des orientations qu'impose le langage, la peinture s'est imposée à Gao Xingjian comme le lieu même d'une recomposition du sujet. Les nombreux thèmes développés - le retour à l'enfance, le besoin de retourner dans une nature inviolée, l'abandon de la ville, l'équivalence du geste et du son, l'abandon du discours dans l'image, l'aspiration au blanc,… - livrent autant de facettes d'une œuvre qui puise son inspiration dans un besoin fondamental de recomposer cette part d'humanité que la dictature à vainement tenté de bannir de l'homme nouveau. A travers ces thèmes, l'œuvre de Gao Xingjian, dans son ensemble, est éclairée d'un jour qui lui donne sa cohérence.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?