"Il était une fois... Les contes en images"

Le loup dans Les contes sont à nouveau tout à fait à la mode. Et on a fêté partout dans le monde le 200e anniversaire du fabuleux auteur Hans Christiaan Andersen qui a élevé le genre légendaire sur la carte littéraire. Mais que savons-nous réellement au sujet des contes?


Quelle est la différence entre contes, fables et légendes ? À quoi pouvons-nous les reconnaître ? Depuis combien de temps sont-ils racontés ? Ont-ils une signification cachée ? Qui les a découverts ? Toutes les versions sont-elles identiques ?

Ainsi Blanche-Neige, par exemple, est-elle également réveillée par un baiser selon les frères Grimm ? Cendrillon porte-t-elle depuis toujours des pantoufles de verre. Le Petit Chaperon rouge est-elle réellement aussi innocente qu’elle le paraît ? Autant de questions auxquelles les Musées royaux d’Art et d’Histoire (MRAH) ont voulu apporter des réponses à travers une exposition.

Dans cette exposition qui s’intègre dans le décor "de conte" de la Porte de Hal, les PRAH présentent, à l’aide d’une sélection de 8 contes, la manière dont ils ont été mis en images à travers les siècles. Le choix s’est opéré en premier lieu sur base du matériel graphique qui se trouve dans la collection de la section folklore des MRAH (images populaires, livres anciens, etc..) et sur la disponibilité éventuelle d’autres illustrations et objets.

Le petit Chaperon rougeLes organisateurs sont conscients de ce que le conte ne peut pas être défini comme une entité homogène. Au sein même du genre, on distingue notamment une série de sous-catégories comme celles du conte populaire et du conte littéraire. Cette subdivision est à son tour scindée par la différence entre plusieurs types de contes, comme les fables animalières, les merveilles, les farces, etc. Ce serait dès lors une mission impossible que de proposer un exemple de "chaque sorte" (ne fût-ce que parce que les différentes classes se chevauchent l’une l’autre et qu’il n’est donc pas évident de les dissocier). La sélection tente de couvrir la part la plus large possible du champ défini. Les MRAH ont aussi examiné la place occupée par certains contes dans la mémoire collective. C’est ainsi que sont présentés "Le Petit Chaperon rouge", "Blanche-Neige", "La Belle au Bois dormant", "Cendrillon", "Barbe-Bleue", "Le Chat botté" et "La Petite Sirène".

Les dessins d’illustrateurs réputés comme Gustave Doré, Edmund Dulac et Anton Pieck ont procuré à ces contes et à leurs héros une place importante dans le "hall of fame" de la littérature européenne. Les MRAH n’ont pas voulu s’attacher uniquement aux grands maîtres graphiques puisque la culture populaire y a également apporté une coquette contribution. C’est le cas, par exemple, des images populaires qui circulèrent à grande échelle dans nos régions à partir du XVe siècle. Les "mannekensbladen" sont d’excellents témoins de la manière dont certains personnages de contes souhaitaient ravir le grand public. Les contes étaient également un thème très apprécié dans les représentations de lanterne magique. Sont également mises en valeur des illustrations contemporaines (de Thé Tjong-Khing, Sibylle Delacroix, Isabelle Vandenabeele et Klaas Verplancke) de qualité à côté des documents historiques, car l’histoire du conte continue à s’accomplir également aujourd’hui. C’est un processus continuel de souvenir et d’influence auquel chacun d’entre nous prend part jour après jour. C’est pourquoi nous avons ardemment souhaité pouvoir travailler avec des artistes talentueux tels que

Les dessins animés et les films d’animation ne pouvaient naturellement pas manquer dans une exposition sur les contes. Les cartoons de Walt Disney ont insufflé une nouvelle vie à certains des plus anciens contes européens. Ils ont ainsi imprimé leur empreinte avec une rare puissance sur l’ancrage iconographique de certains personnages. La Petite Sirène de Disney est ainsi la première image (et souvent aussi la seule) qui vient à l’esprit des enfants quand ils songent à la jeune fille à queue de poisson que Hans Christiaan Andersen appela un jour à la vie.

L’influence de l’industrie du film sur le niveau textuel ne doit pas non plus être sous-estimée. Le conte de Blanche-Neige est exemplaire à cet égard. Dans la version de Disney, elle est réveillée par un baiser de son prince monté sur un cheval blanc. Walt Disney aurait "emprunté" cette fin romanesque au récit de la Belle au bois dormant. Dans les versions classiques du conte, la princesse ne revient à la vie que lorsqu’un des serviteurs du prince laisse tomber le cercueil dans lequel gît la jeune fille. Le morceau de pomme empoisonnée tombe ainsi de sa gorge et le maléfice s’en trouve aboli. Selon une enquête, la majorité des personnes interrogées considèrent pourtant la fin du film de Disney comme conforme à celle du conte. Les sceptiques y voient cependant un appauvrissement de la diversité culturelle, d’autres reconnaissent la manière méritoire avec laquelle Disney a ramené en mémoire des contes presque oubliés. Chacun des partis a sans doute raison à sa manière. La façon de traduire avec clarté l’histoire diversifiée du conte et de ses illustrations nous apparaissait comme une gageure. Ne serait-ce que parce que cette traduction est parfois aussi captivante que le conte lui-même.

Informations pratiques

Le Chat bottéL’exposition est un parcours de 8 contes de fées racontés en détail à travers des gravures, des planches, des illustrations et des livres issus des collections des Musées royaux d’Art et d’Histoire et de collections privées. Parmi ces auteurs : Grimm, Charles Perrault et Hans Christiaan Andersen. Cet univers est mis en scène dans un décor magique. L’exposition couvre les 2 étages de la tour : Hans et Gretel, Le petit chaperon rouge, Le chat botté et Barbe bleue au premier et Blanche neige, La belle au bois dormant, Cendrillon et enfin La Petite sirène au deuxième. Le 3e étage est aménagé en espace de lecture et de découverte de livre de contes. Une cafeteria est installée dans le très remarquable grenier de la Porte de Hal. Des visites guidées et des lectures de contes sont proposées au public sur réservation.

Il était une fois … les contes en images
Exposition des Musées royaux d’Art et d’Histoire
Porte de Hal - Boulevard du Midi à 1000 Bruxelles
Ouvert jusqu’au au 30 avril 2006 du mardi au vendredi de 9h30 à 17h, le samedi et le dimanche de 10h à 17h. Fermé le lundi, le 25 décembre et le 1er janvier.

Prix d’entrée : 5 euros et 2 euros.
Visites guidées : 2 euros/personne + 62 euros guide (en semaine) - 2 euros/personne + 75 euros/guide (week-end)

A lire aussi...

  • La Porte de Hal

R.D.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?