Le point G

Réalité ou mythe que cet orgasmique point G ? Cet obscur point G ou "zone de Graffenberg" doit son nom au médecin qui l'a "découvert" dans les années 50. On se doute cependant que ce point G appelé "kanda" chez les tantriques ou "perle noire" chez les taoïstes n'a pas attendu le 20e siècle pour apparaître !


Le gynécologue Ernst Gräfenberg n'aurait utilisé qu'une douzaine de lignes pour évoquer l'anatomie du vagin et suggérer d'accorder plus d'attention à une zone de la paroi vaginale, située à 5 centimètres environ de l'entrée, à hauteur du col de la vessie, derrière l'os pubien.

Après examen de nombreuses femmes, il lui semblait que cette zone de quelques centimètres carrés disposait d'une capacité érogène plus grande que le reste de la muqueuse vaginale. Celle-ci est réputée pour sa quasi-insensibilité alors que la zone du point G est très vascularisée et donc très sensible.

Les femmes réagissent à la stimulation de cette zone érogène mais toutes ne peuvent la situer. D'ailleurs certains auteurs contestent son existence! Si une femme (ou son partenaire) ne découvre pas son point G, il n'en faut donc pas pour autant dramatiser. Elle peut bien sûr éprouver du plaisir et jouir en faisant l'amour. Ou recourir à la stimulation clitoridienne.

Philippine Campener


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?