Le chlamydia, une MST peu connue

 Le chlamydia est moins connu que les autres MST (maladies sexuellement transmissibles) comme la gonorrhée et la syphilis, mais est plus fréquent que ces maladies. On estime qu'environ 2 millions de personnes sont touchées aux Etats-Unis chaque année. Les conséquences de la maladie peuvent être chez la femme l'infertilité et les grossesses extra-utérines. Elle doit donc être soignée le plus rapidement possible.


Dans notre pays, le chlamydia est la MST la plus courante. Elle est transmise uniquement par contact sexuel. Elle est provoquée par une bactérie, le chlamydia trachomatis, qui provoque des infections. La maladie ne guérit pas seule et doit donc être toujours soignée.

Les symptômes

Les symptômes ressemblent à ceux de la gonorrhée, apparaissent entre 2 et 3 semaines après la contamination, et ici aussi, on constate des différences entre l'homme et la femme.

Chez l'homme, cela peut aller d'une légère irritation, de picotement et de douleur au moment d'uriner, à une sensation de gonflement sanglant ou à des écoulements de substances purulentes du pénis. La bactérie peut aussi causer des inflammations de l'anus ou de la gorge (respectivement lors du contact sexuel anal ou buccal). Chez les hommes, l'évolution peut aboutir à l'inflammation des testicules ou de la prostate. Le chlamydia ne mènera toutefois que rarement à l'infertilité, mais doit être traité correctement. Pour un petit pourcentage d'hommes contaminé (1 sur 10), il n'y a aucun symptôme. Ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas prendre la maladie au sérieux.

Chez la femme, les symptômes les plus courants sont une inflammation du col ou du vagin, des pertes de sang après un contact sexuel et des douleurs et des irritations lors du contact anal. Beaucoup plus de femmes que d'hommes ne souffrent d'aucun symptôme lors de la découverte de la maladie. Chez 50 à 75% des femmes contaminées, ces symptômes n'ont pas été remarqués. Cette situation est encore plus dangereuse parce que cette maladie a des conséquences plus importantes pour la femme. Le chlamydia chez une femme enceinte peut se transmettre au bébé et lui provoquer une importante inflammation des yeux ou même la pneumonie. Si la maladie n'est pas traitée, elle va s'étendre et peut provoquer une inflammation pelvienne (PID ou Pelvic Inflammatory Disease). L'inflammation pelvienne peut à son tour avoir pour conséquence une infertilité ou des grossesses extra-utérines.

Le traitement

Le chlamydia doit toujours être traité, car la maladie ne se guérit pas d'elle-même! La maladie risque même de s'étendre dans tout le corps. Comme le chlamydia se transmet par contact sexuel, il faut absolument mettre le ou les partenaires au courant de la contamination. De plus, le chlamydia est une maladie très contagieuse, les risques de contamination frisent les 70% lors de chaque rapport sexuel. Cette MST est même plus contagieuse que la syphilis ou la gonorrhée. On peut être contaminé par contact sexuel vaginal, buccal ou anal (la masturbation et les contacts buccaux sont exclus).

Si vous êtes confronté aux symptômes typiques du chlamydia (écoulements purulents et sensations de brûlure lors de la miction), il faut tout de suite consulter un médecin. Celui-ci fera un prélèvement et l'enverra à l'analyse en laboratoire. Si vous êtes atteint, il suffira d'une cure d'antibiotiques simple et de courte durée pour vous en débarrasser. Il faut prendre les médicaments jusqu'au bout, même si les symptômes disparaissent. Il faut également savoir que durant la cure, vous êtes toujours contagieux pour vos partenaires sexuels.

La maladie est donc facile à traiter. Cependant, comme elle est difficile à identifier en raison de l'absence de symptômes en début de contamination, il est conseillé aux personnes ayant des partenaires sexuels multiples de consulter le médecin régulièrement, même si elles ne souffrent d'aucun symptôme.

Prévention

La façon la plus sûre de prévenir la contamination par le chlamydia, c'est de limiter ses contacts sexuels à une seule personne au sein d'une relation stable. Bien sûr, on n'est jamais certain à 100% que son partenaire est aussi sage que soi… Dans ce cas, il faut utiliser un préservatif lors de chaque relation sexuelle, orale et anale comprises. En ayant des rapports sûrs, on se protège également des autres MST.

Paul Willems


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?