Couper le cordon, oui, mais pas trop tôt...

Dans beaucoup de maternités, il est d’usage de couper le cordon directement après la naissance. Pourtant, attendre qu’il ait cessé de battre présente plus d’avantages.

 


Bébé naît: il se retrouve à l’air pour la première fois. Le cordon bat ... et puis les vaisseaux sanguins finissent par se contracter, interrompant naturellement le passage du sang entre le bébé et le placenta. La respiration prend petit à petit la relève. C’est à ce moment-là que le gynécologue, la sage-femme, le papa, la grand-mère, ... clampe le cordon et le sectionne. Bébé respire tout seul et cherche le sein de sa maman pour téter.

Ce n’est pourtant pas toujours comme ça que la naissance se déroule. Dans la plupart des maternités, on a tendance à clamper et sectionner le cordon immédiatement. L'oxygène n'arrive brusquement plus par le sang du cordon, et le bébé est "obligé" de respirer pour pallier au manque d'oxygène. Et tant pis si cette sensation nouvelle est très douloureuse pour lui.

"Une pratique nécessitant une justification"

D'après l'OMS, "le clampage tardif (voire l'absence de clampage) est le moyen physiologique de traiter le cordon, et le clampage précoce est une intervention qui nécessite une justification". L'OMS classe même le clampage précoce du cordon ombilical dans la catégorie des pratiques sur lesquelles on ne dispose pas de preuves suffisantes pour les recommander fermement et qu'il convient d'utiliser avec précaution tandis que les recherches se poursuivent.

Justement, des études prouvent que le clampage précoce diminue la quantité de globules rouges reçus par l'enfant, jusqu'à 50%, et augmente les risques d'hypoxie (manque d'oxygène), d'anémie, d'ischémie, et d'autres troubles.?Ces mêmes études ont prouvé qu’attendre que le cordon ait cessé de battre pouvait prévenir le manque de fer dans l'enfance (anémie ferriprive).

D’ailleurs, dans les pays en développement, où l'anémie est un gros problème, les praticiens ont maintenant augmenté le délai d'attente du clampage. ?Il est temps maintenant de reconsidérer cette pratique dans les pays développés.

Le clampage précoce du cordon ombilical était largement utilisé jusqu’ici parce qu’il avait démontré prévenir les hémorragies maternelles immédiatement après la naissance. Mais les études sur le clampage tardif montrent qu’il n’y a finalement aucune différence de risque pour la mère et le bébé.

Chez les prématurés aussi ?

Dans la pratique normale pour les bébés prématurés, le cordon est coupé aussitôt que possible, soit dans les 10 à 15 secondes après la naissance. ?Selon les essais randomisés d’une revue britannique* laisser le cordon pendant un court délai de plus permet à une partie du sang placentaire d'être transféré au bébé. La circulation pulmonaire et la respiration sont ainsi facilitées.

Or, les enfants prématurés, nés entre 24 et 37 semaines de gestation, présentent souvent des troubles respiratoires, ce qui pousse les médecins à les transférer immédiatement aux soins intensifs. De plus, six à huit enfants sur dix de moins de 32 semaines de gestation requièrent une transfusion. Or, toute stratégie susceptible de réduire sans risques cette intervention ne peut qu'être souhaitable. Encore plus dans les pays en développement où cette pratique est à haut risque de transmettre une infection.

Il n’empêche que dans le cas des prématurés, les avis restent quand même partagés. D'un côté, clamper trop tôt empêche une partie du sang d'être transféré au bébé, mais d'un autre côté, un délai trop long avant de clamper peut amener trop de globules rouges et un sang trop épais, ce qui peut stresser le coeur et la respiration, et peut-être déclencher une jaunisse ou provoquer des dommages au cerveau.

Pas dans tous les cas

Le clampage tardif n’est cependant pas toujours possible. Il arrive qu’il faille sectionner le cordon en urgence pour venir en aide au bébé (cordon enserrant le cou, cordon exceptionnellement court, ...)
C’est également impossible quand il s’agit de faire un don de sang de cordon. Dans ce cas, il faut clamper immédiatement sous peine d’obtenir moins de cellules souches.

A chacun sa façon de faire

Enfin, à chacun sa technique de clampage. La pratique varie non seulement entre les membres du corps médical (les sages femmes préfèrent attendre avant de couper le cordon, alors que les médecins préfèrent, eux, couper tôt), mais aussi entre les cultures : en Amérique du Nord il est plus commun de couper rapidement, alors qu'en Europe on favorise plus souvent le délai. Le docteur Laurent, gynécologue à l’hôpital de Braine-L’Alleud, a quant à elle une approche plutôt intuitive. "Ça peut prendre 10 minutes comme une heure, le cordon bat de moins en moins jusqu’à ce qu’il s’arrête. En attendant, on laisse le bébé trouver son rythme, on le laisse se reposer et chercher le sein de la mère pour téter."

Ça fait mal?

Il n’y a pas de nerfs dans le cordon. Le clampage en lui-même ne fait donc pas mal. C’est la respiration par les poumons, si elle est provoquée brusquement avec le clampage précoce du cordon, qui est douloureuse.


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?