Interview expresse : le bilan de Valériane 2010

Marc Fichers est secrétaire général de Nature et Progrès, l'association organisatrice du salon Valériane. Pour Vivat, il dresse le bilan de cette édition 2010 du plus grand salon belge consacré au bio.

 


Quel bilan tirez-vous de l'édition 2010 de Valériane?

Au niveau de la fréquentation, nous avons accueilli entre 26.000 et 27.000 personnes, ce qui correspond à une année normale, mais pas exceptionnelle comme cela a été le cas l'an passé. Nous sommes surtout satisfaits des 300 exposants qui sont venus et du fait qu'il s'agit pour beaucoup de producteurs. Nous souhaitions en effet mettre l'accent sur eux.

Enfin, nous avons organisé 53 conférences, pour la plupart autour de thématiques qui mobilisent les citoyens (OGM, climat,...). Elles ont rencontré un grand succès.

Ce qui est remarquable d'année en année c'est que le public s'élargit. Le salon n'est plus l'apanage des convaincus du bio. Il y a de plus en plus de jeunes parents, par exemple, qui ne sont pas forcément des consommateurs quotidiens de bio.

Quels sont les thèmes qui ont le plus de succès cette année?

Le thème central de cette édition, le lait cru, a suscité beaucoup d'intérêt. C'est un sujet important car la Wallonie comporte beaucoup de producteurs laitiers qui ne peuvent pas se permettre de travailler le lait pasteurisé, qui nécessite une hygiène absolue et des investissements très importants. Nous avons démontré, avec le concours d'une chercheuse française, que le lait cru est plus fiable, du point de vue de la sécurité alimentaire, que le lait pasteurisé.

Par ailleurs, la bio-construction, et la rénovation en particulier, intéresse beaucoup les visiteurs.

Qu'est-ce qui attire particulièrement les visiteurs au salon?

Valériane est le seul salon où les gens peuvent rencontrer directement les producteurs, dans le cas de l'alimentation, ou les fabricants et artisans, dans le cas d'autres produits. Nous veillons à ce qu'il y ait très peu de commerciaux au salon. Je crois que c'est cela, cette relation directe, que les visiteurs apprécient beaucoup. En plus bien sûr du fait qu'il s'agit de produits bio et écologiques.

Vous organisez une première édition de Valériane à Bruxelles en mai 2011. Pourquoi?

Il y a une véritable explosion des produits bio à Bruxelles. Les groupements d'achat se multiplient, les jardins collectifs naissent partout. L'intérêt pour le bio y est évident et en nette croissance. Nous nous devions d'aller à la rencontre du public bruxellois.

Nous organisons ce salon à Bruxelles, à Tour & Taxis, avec des associations néerlandophones. Cela donnera une dimension flamande aussi à ce salon, qui accueillera donc des producteurs du nord du pays.

Il faut dire aussi que Nature et Progrès organise déjà trois petits salons : Aubépine, à Arlon, les 2 et 3 octobre prochain, "Bio en Liège", le 19 septembre et Eglantine, à La Louvière, les 13 et 14 de cette année aussi.

Plus d'infos :

www.natpro.be

Photo : Nature & Progrès


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?