Le design et le bâtiment font bon ménage

 Pour se faire une place au soleil, le design a dû mener durant plusieurs décennies un combat soutenu. Il était considéré comme une fantaisie de quelques farfelus ou un snobisme élitaire à éliminer au plus vite. Période à la fois dure et héroïque qui faillit avoir raison des plus grands talents et des créateurs les plus convaincus.


Aujourd'hui, ce sont les industriels autant que les consommateurs qui vont vers le design, les premiers y voyant une étape incontournable de tout processus de production et un facteur de réussite économique. Tandis que les seconds s'intéressent de plus en plus à l'aspect formel de ce qui les entoure dans leur vie quotidienne.

Ainsi, les secteurs industriels du monde occidental qui ignorent encore le design sont devenus des exceptions. Aujourd'hui, le bâtiment et la construction en général sont donc largement concernés par cette discipline qu'il faut considérer à la fois sous l'angle de la recherche esthétique et de l'ergonomie. Ils en sont les composants indissociables.

Du profilé de châssis à la grue, le design est partout

Si la perception par le grand public de l'architecture et du bâtiment demeure globale et subjective, un œil plus averti ou simplement curieux constatera que le design intervient dans le bâtiment dès l'instant où démarre une construction par le recours à des équipements plus ou moins lourds qui, de toute évidence, répondent à des critères ergonomiques fondamentaux enveloppés d'un habillage dû au crayon de créateurs concepteurs.

Une grue, un élévateur, une nacelle, voire même un ascenseur de chantier se démarquent par leur ligne, leur couleur, leur fonctionnement harmonieux et flexible dès lors qu'ils sont issus de la production actuelle. Il est clair que nombre de chantiers ne bénéficient pas encore de cette évolution car il est forcément impossible de renouveler d'un coup le parc des équipements mécaniques en service. Cela n'est cependant plus qu'une question de temps.

Au niveau du gros œuvre, le design s'affirme tout autant. L'herméticité d'un châssis, le coulissement d'une baie ou d'une porte, l'efficacité et la beauté d'une toiture (qu'il s'agisse de tuiles ou d'ardoises, de verrières, de lanterneaux ou de fenêtres de toit) sont étroitement liés à l'intervention de designers dont le talent artistique se conjugue obligatoirement avec une connaissance pointue des impératifs du produit fini et des contingences de la chaîne de production. Tout se tient en effet et constitue une technologie en soi dont le développement ira toujours croissant.

Parcourir la ville autrement

Le règne incontournable du design se retrouve également dans les équipements et les constructions d'intérêt public notamment, à une échelle qui lui permet de donner aux villes leur caractère actuel, forcément contemporain, tout en favorisant un voisinage heureux avec un bâti moins récent ou même historique.

Cette face du design permet de belles envolées d'arches élégantes, de galbes séduisant et de mélanges de matières à leur tour élaborés par des designers. Car les matériaux dits traditionnels ne font plus nécessairement cavaliers seuls pour s'associer à des matières technologiques récemment apparues : résines, laminés, stratifiés, métaux aux aspects retravaillés, quincaillerie de bâtiment redessinée. Ce qui se traduit, en sols, en revêtements de façades, (brique, rideau, panneaux…), en escaliers ou, tout simplement, en poignées de portes, en descentes d'eaux pluviales ou en couvre-murs. A un regard attentif rien de tout cela n'échappera.

Si la valeur visuelle s'est imposée dans la construction, elle n'a cependant pas encore conquis l'œil de tout un chacun. Certains enseignants l'ont compris et n'hésitent pas à emmener leur classe à la découverte des bâtiments d'hier et d'aujourd'hui. Une initiative qui mériterait de devenir obligatoire car les écoliers seront vraisemblablement un jour des candidats bâtisseurs qui ne doivent pas rester insensibles à cet aspect des choses.

Le design : dans l'infiniment petit aussi

Quant un gros engin de chantier s'habille d'un design interpellant, il s'impose sans peine au regard. Mais, dans la construction, on dénombre des dizaines de milliers de petits accessoires, parfois même minuscules. Pour qu'ils soient efficaces, solides, fonctionnels et agréables à regarder (beaucoup restent visibles), il faut également qu'un designer les ait pris en charge. Non pas seulement pour en assurer la résistance à l'usage ou donner une forme mais aussi pour décider de leurs coloris ou des finitions. Ce sont, parmi bien d'autres encore, tous les composants du second œuvre : menuiseries intérieures et extérieures, portes de garage, garde-corps, klinkers, etc. A moins qu'il s'agisse d'une simple tête de vis, d'une minuscule pièce de quincaillerie, d'un vidéoparlophone ou d'un bouton de porte.

Dedans comme dehors, le design est présent. Et c'est toute notre qualité de vie qui est concernée.

Source : Batibouw

A lire...


Partager







© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?