L'offensive du froid: les recommandations des assureurs

Dans notre pays, le mercure peut plonger localement sous les 5°C, des conditions météorologiques susceptibles d'occasionner des dégâts aux conduites d'eau et aux robinets, voire aux machines et aux chaudières. C'est pourquoi, les assureurs tiennent à rappeler un certain nombre de mesures de prévention, s'adressant en particulier aux vacanciers en partance vers la neige ou le soleil, aux propriétaires de résidences secondaires laissant derrière eux des lieux inoccupés.


Les conduites d'eaux, particulièrement sensibles au gel…

Les dégâts aux conduites d'eaux se produisent le plus souvent lors de chutes brutales des températures atteignant - 5° C ou moins encore, mais également en cas de période prolongée de gel modéré.

Les installations les plus exposées sont celles qui contiennent de l'eau stagnante ou qui sont très peu utilisées. Il est vivement conseillé aux occupants et propriétaires de maisons de loisirs ou de résidences secondaires où la consommation d'eau est inexistante pendant l'hiver de vidanger entièrement l'installation ou de veiller à y maintenir un niveau de chauffage suffisant, comme le prescrivent les contrats d'assurance.

Plusieurs mesures peuvent être prises au moment de la conception de l'installation. Ainsi, il est indiqué de la doter de points de vidange. On évitera que des conduites ne passent par l'extérieur, dans des murs extérieurs, ou par des zones exposées au froid. Les bricoleurs veilleront à n'utiliser que des conduites présentant un diamètre adéquat.

Mesures de protection

On veillera, en prévision de l'hiver, à colmater les soupiraux dans les pièces où une ventilation n'est pas indispensable et à contrôler l'isolation des conduites et compteurs d'eau, à allumer les radiateurs dans les pièces faiblement occupées, et à y prévoir d'éventuels chauffages d'appoint. L'alimentation des robinets en façade ou assurant la desserte des jardins, garages et remises devra être coupée dès le premier gel. On peut le cas échéant protéger les conduites à l'aide de serpentins électriques à fixer aux tuyaux afin d'éviter qu'ils ne soient obturés par le gel. On peut aussi, là où c'est envisageable, prévenir le gel en laissant s'écouler l'eau en permanence. Il est en outre recommandé de ne pas entreposer de casiers de boissons dans des lieux non chauffés: les bouteilles pourraient en effet exploser et leur contenu occasionner des dommages.

Il est bon de rappeler que les conduites d'eau ne sont pas seules menacées : les canalisations de mazout peuvent également être endommagées par la formation de paraffine, qui peut occasionner une coupure du chauffage avec les dégâts qui peuvent s'ensuivre : on veillera donc le cas échéant à protéger également ces conduites également ou à prévoir des additifs au combustible.

Dégel : appel à la prudence !

Lorsqu'une canalisation est prise par le gel, on s'efforcera de (faire) procéder à un dégel régulier en veillant à ménager les matériaux et en tenant compte des risques d'incendie : si l'emploi d'appareils à air chaud ou à vapeur n'entraîne pas de risque particulier, il n'en va pas de même de l'emploi de lampes à souder.

Enfin, après une période de gel intense, il est bon, lors du dégel, de se montrer particulièrement attentif à toute fuite : c'est le moment de vérifier l'état de la toiture et de visiter greniers, caves et autres lieux inoccupés où une fuite mineure pourrait avoir, faute d'avoir été détectée à temps, des conséquences considérables.

C'est aussi le moment de casser les stalactites qui se seraient formés lors du gel.

Relevons enfin que, sauf dans le cas de vices de conception ou de construction, le locataire est tenu de prendre soin du bâtiment qu'il occupe, de la même manière que le ferait un propriétaire vigilant. En cas de doute, le locataire devra disposer d'une preuve écrite attestant qu'il a informé le propriétaire d'un éventuel danger. La co-propriété est, quant à elle, régie par des dispositions particulières.

Jiri Pragman
        


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?