L'habitation, un cocon confortable

CoconNotre habitation gagne toujours plus en importance en tant que cocon. Nous y passons de plus en plus de temps libre et elle doit par conséquent aussi être plus confortable pour pouvoir satisfaire aux exigences. En outre, l’habitation doit nous sécuriser. Nous y parvenons pour partie avec l’aménagement, mais pour l’autre, on le doit au sentiment de sécurité. À l’heure actuelle, le confort et la sécurité peuvent facilement aller de pair.


Le confort est un vaste concept lorsqu’on l’applique à l’habitation. Le confort peut être une cuisine où il est facile de travailler, un bon fauteuil où l’on est bien assis,… mais aussi le chauffage réglé à la bonne température ou l’éclairage d’une atmosphère voluptueuse.

L’automatisation de l’habitation participe grandement à la sensation de confort. La sensation de sécurité peut aussi augmenter à travers quelques-unes de ces interventions sur le confort. Par exemple, le portail d’accès qui s’ouvre par simple pression d’un bouton. Ou le vidéophone qui vous permet de voir d’abord qui sonne avant de décider d’ouvrir ou pas.

Le summum de cette automatisation est la domotique. Ce système intégré commande et gère tous les appareils électriques de l’habitation, avec pour objectif une augmentation du confort, de la flexibilité, de la communication, de la sécurité et de la consommation rationnelle de l’énergie. Pratiquement tout est possible avec la domotique tant qu’il s’agit d’appareils électriques ou électroniques.

Dans le domaine du confort et de la sécurité aussi, la domotique peut rendre d’importants services. En cas d’absence, l’installation peut justement simuler une présence en allumant certains éclairages à intervalles préprogrammés, en jouant de la musique à des heures données ou en ouvrant les volets le matin et les fermant le soir.

Mais la sécurité peut également être examinée de manière plus large. La détection de monoxyde de carbone et incendie peut également être intégrée à l’installation de domotique. Cette dernière prend en charge l’action souhaitée en cas de déclenchement d’alarme. Il peut s’agir d’un signal sonore dans l’habitation ou l’envoi d’un message sur le GSM.

Détecteurs de fumée

La sécurité incendie est d’ailleurs un thème souvent ignoré lors de la construction ou de la rénovation d’une habitation, ou même lors de l’emménagement d’un logement en location. Peut-être bien parce que c’est loin de nos préoccupations. Désormais, la loi nous impose d’installer des détecteurs de fumée. En Flandre et en Wallonie, les détecteurs de fumée sont obligatoires dans toutes les habitations, tandis que la région Bruxelles-Capitale ne l’impose que dans les habitations en location.

Les détecteurs de fumée sont des appareils capables de détecter la fumée et donc aussi l’incendie. Il existe 2 types de détecteurs de fumée : les ioniques et les optiques. Le dernier type se base sur la luminosité captée par le détecteur, qui varie lorsque de la fumée y pénètre. Le détecteur de fumée ionique se base sur la conductivité des ions. Pour générer le flux d’ions, l’appareil utilise une faible source radioactive.

Chaque type possède ses avantages et ses inconvénients. Ainsi, le détecteur de fumée optique réagit mieux aux feux couvants, tandis que l’ionique est plus sensible aux feux avec une vraie flamme. Étant donné que la plupart des incendies se déclenchent la nuit à partir de feux couvants, utilisez de préférence un détecteur de fumée optique.

Quel est le meilleur endroit pour installer le détecteur de fumée ? Dans les habitations d’un seul niveau, le meilleur endroit se situe dans le couloir où convergent la plupart des chambres. Lorsqu’il y a plusieurs étages, il vaut mieux installer un détecteur par étage.

Testez le détecteur de fumée de temps à autre en appuyant sur le bouton de test. De cette manière, vous vous habituerez au signal d’alarme et vous le reconnaîtrez immédiatement en cas de déclenchement.

Depuis le 1er janvier 2007, ceux qui désirent aller plus loin dans la protection de leur maison contre l’incendie peuvent prétendre à une diminution d’impôt. Celle-ci s’applique dans le cas de l’installation d’un extincteur à poudre ou à eau, d’un extincteur automatique dans un local de chauffage au mazout ou de portes coupe-feux. Concrètement, il s’agit d’une déduction de 50% de l’investissement, avec un maximum de 130 euros (non-indexés).

Protection de la maison

Un tout autre aspect de la sécurité est la protection contre l’effraction de l’habitation. Lorsque vous envisagez une telle protection, vous ne devez pas penser immédiatement à une installation d’alarme. D’autres solutions existent.

Un premier moyen de dissuader les indésirables consiste à installer une clôture autour de l’habitation. Veillez pour ce faire à ce que les mailles soient suffisamment petites pour éviter l’escalade de la clôture.

Le contrôle du portail va de pair avec cette dernière. Ce dernier peut être réalisé à l’aide d’un vidéophone ou d’une caméra. Le premier fournit seulement une image de la personne qui appelle, tandis que la caméra offre une vision plus large.

La zone entre l’habitation et la clôture peut être protégée par un réseau fermé de rayons infrarouges actifs. Un signal est transmis dès que le faisceau infrarouge actif est interrompu.

Une autre option est la surveillance par caméra aux quatre coins de l’habitation. Un moniteur central diffuse tous les mouvements.

La protection des menuiseries extérieures est certainement aussi efficace et meilleur marché que les deux options précédentes. Cela peut se faire par le placement de grillages ou de volets, ou de manière moins drastique par la pose de serrures complémentaires ou de meilleure qualité. Pour les fenêtres, on utilisera des serrures à appliquer. Les portes peuvent être équipées de serrures à trois points de fermeture. La quincaillerie combinée à un cylindre en acier rend l’effraction encore plus difficile.

Alarme

Cette forme électronique de sécurisation ouvre de nombreuses possibilités. Vous pouvez organiser la défense de l’ensemble de la maison ou seulement de ses points principaux. Le choix est fonction du type de sécurité que l’on souhaite. Discutez-en avec un professionnel. Optez pour un installateur INCERT lorsque vous faites placer une installation d’alarme. De nombreuses compagnies d’assurance acceptent uniquement les alarmes placées par ces installateurs.

La protection contre l’effraction peut être également intégrée dans l’installation de domotique, mais les alarmes utilisant des détecteurs EIB ne possèdent toujours pas de label INCERT, exigé par les compagnies d’assurance, mais sont néanmoins conformes à la norme européenne "vds1". Pour les personnes qui souhaitent néanmoins une alarme agréée INCERT, il est possible d’intégrer l’état de l’alarme dans le système de domotique. Ainsi, il est par exemple possible d’éteindre toutes les lumières lorsque l’alarme est activée et de déclencher une ambiance lorsqu’elle est désactivée ainsi que d’augmenter le chauffage.

Enfin, il est conseillé d’installer un coffre-fort. Ce dernier doit être solidement fixé au plancher ou au mur à l’aide d’un ancrage chimique. Si ce n’est pas le cas, les voleurs pourraient l’emporter.

Source : Batibouw

A lire aussi...

            

Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?