A nouvelle norme acoustique, nouvelles méthodes de construction

Normes acoustiquesAu cours de l’année 2007, la norme acoustique belge fera l’objet d’une grande réforme. La nouvelle version de cette norme sera adaptée aux directives européennes, ainsi qu’aux prévisions actuelles en termes de bruits, ou plutôt de silence. Les exigences de la norme NBN S01-400 – 1, en vigueur pour les bâtiments d’habitation, porteront sur la relation entre l’extérieur et l’habitation, mais aussi entre les bâtiments et également sur l’intérieur de la maison même.



L’ancienne version, appliquée actuellement, de la norme belge date de 1977. Une telle norme acoustique n’avait pas lieu d’être avant les années ’70. Uniquement lié à l’activité industrielle, le bruit commençait seulement à être produit par la circulation également. En outre, durant la 1re moitié du 20e siècle, on construisait encore des bâtiments solides en brique, dont les murs, qui atteignaient une épaisseur de 30 cm, protégeaient en grande partie du bruit.

La crise énergétique de 1973 fut un tournant dans l’histoire acoustique. L’attention s’est davantage concentrée sur l’isolation thermique pour conserver la précieuse énergie. Cet élan d’économie a donné naissance aux briques creuses, au béton cellulaire et au double vitrage. Bénéfiques sur le plan thermique, ces innovations étaient cependant néfastes pour l’isolation acoustique des constructions. En effet, les matériaux plus légers laissaient passer davantage d’ondes sonores. De plus, nos voisins sont devenus plus bruyants avec l’arrivée de la radio, de la télévision,…

Les normes NBN S01-400 et NBN S01-401 ont posé des exigences acoustiques à notre environnement. Visant concrètement le bruit du voisinage, elles étaient moins bien conçues que les nouvelles exigences. En 1987, la norme a été complétée par des exigences en matière de pollution sonore des installations techniques.

L’amélioration du confort de base

Depuis, la norme acoustique n’a pas évolué, malgré l’augmentation constante des nuisances sonores. La crise du bruit lié à l’activité aérienne du début des années 2000 et l’augmentation des plaintes relatives à l’acoustique au fil des ans ont directement donné lieu à la révision de la norme et à son adaptation aux besoins de cette époque. Le principe des auteurs était d’adapter la norme aux souhaits des habitants d’un appartement ou d’une maison.

La grande difficulté résidait dans le fait que tout le monde avait des attentes différentes. Plus ces espoirs étaient grands, plus il était difficile d’y répondre, d’autant plus que ce problème concerne le bruit résultant d’une vibration. Ces vibrations sont transmises par les plafonds et les sols, mais aussi par les parois latérales. À partir d’un niveau sonore de 52 dB, il est difficile (et souvent plus coûteux) d’empêcher ce transfert de vibrations.

La norme s’est développée en 2 pistes, car tout le monde n’a pas les mêmes exigences ou ne veut pas y répondre de la même manière. La norme acoustique prescrit d’une part un confort acoustique de base et d’autre part, un haut confort acoustique.

De bons compromis

Le confort de base de la nouvelle norme acoustique reste presque identique au niveau des exigences actuelles et fait l’objet d’un compromis entre les possibilités économiques et les exigences. Le haut confort pose des exigences quelque peu plus strictes et demande donc des efforts plus consistants.

Pour apprécier le confort normal et le haut confort, il faut partir d’un bruit de voisinage normal, fixé à un niveau sonore pondéré < 80 dB. Une étude a montré que 70% des habitants se contentaient d’un confort de base, alors que 90% exige un haut confort. Le niveau de confort final auquel un bâtiment répondra est déterminé dans une convention entre le constructeur et l’architecte ou l’acheteur et le promoteur. Ces derniers doivent respecter leurs engagements envers l’autre partie.

Afin de définir les exigences en matière de confort acoustique de base et de haut confort acoustique, une formule a été développée (DnT, W) en tenant compte de la différence de bruit entre 2 voisins, dans toutes les hauteurs tonales et dans une pièce normalement meublée.

Deux voies menant à la solution

Deux pistes ont été développées pour répondre aux exigences posées afin de faciliter le respect de la norme. Il y existe d’une part les solutions non industrielles et d’autre part, de nombreux nouveaux systèmes qui ont été conçus ces dernières années pour offrir une réponse sur mesure. Les solutions non industrielles concernent les interventions et les installations conceptuelles dans la construction, dont l’isolation du toit ou la structure d’une façade. Le CSTC a étudié pendant des années quelles étaient les meilleures solutions. Celles-ci ont été traduites en directives que les architectes peuvent utiliser dans leurs projets.

Outre ces directives, le CSTC a développé – par le biais des services techniques – avec quelques fabricants de nouveaux systèmes qui répondent à la norme acoustique plus sévère. En se basant sur ces nouveaux produits, le fabricant peut proposer des solutions visant à répondre à la norme acoustique. Cette méthode de travail est comparable à celle d’un fabricant de tissu qui étudie et dessine le patron quand vous achetez du tissu chez lui.

De nombreux produits innovants ont découlé des études qui ont été menées durant la dernière décennie.

Les bruits aériens
contre les bruits de contact

L’un des aspects qui ont servi de base aux exigences est la différence entre le bruit de contact et le bruit aérien. Ce dernier est produit par des vibrations liées à une conversation, à la télévision, la radio,… Ces vibrations sonores sont transmises par l’air et font à leur tour vibrer des parties du bâtiment. En revanche, dans le cas des bruits de contact, la partie du bâtiment commence par exemple à vibrer quand on marche sur le sol, quand on frappe au mur,…

Les bruits de contact doivent être traités différemment des bruits aériens. La transmission du bruit par les parois peut être évitée durant la conception et la construction en prévoyant par exemple un mur creux sans ancrage ou en utilisant un bloc de construction ayant une masse lourde. S’il est trop tard, une paroi peut être réalisée selon le principe masse-ressort-masse, en plaçant de la laine minérale – ressort- contre le mur existant qu’on recouvre ensuite d’une nouvelle paroi.

Les nuisances dues aux bruits de contact peuvent être évitées avec un plancher suspendu, en appliquant une couche d’isolation assez épaisse sous le plancher et en veillant à ce qu’il n’y ait aucun contact direct entre le plancher et les murs. Si ce n’est plus possible, le sol même peut être placé sur un matériel suspendu, par exemple du parquet cloué sur des planches souples. La réverbération du bruit des canalisations peut être réduite par l’utilisation de joints élastiques dans les passages des murs ou du sol, ou en entourant les tuyaux d’un matériau amortisseur de vibrations – par exemple la laine minérale.

Quelles sont les exigences de la norme ?

Étant donné la différence entre les bruits aériens et les bruits de contact, la norme pose des exigences différentes selon le type de bruits. Un bref aperçu des normes pour les bruits aériens :  

Appartement
- Confort de base : DnT,w≥ 54 dB
- Haut confort DnT,w≥ 58 dB

Maisons de rangée (nouvelles constructions)
- Confort de base : DnT,w≥ 58 dB
- Haut confort : DnT,w≥ 62 dB

Maisons de rangée (l’une d’elles existant déjà)
- Confort de base : DnT,w≥ 54 dB
- Haut confort : DnT,w≥ 58 dB

L’exigence relative aux nouvelles maisons de rangée est clairement plus élevée car elle peut être respectée plus facilement : en utilisant des murs creux sans ancrage.

En ce qui concerne les bruits de contact, le confort de base est fixé à 58 dB et le haut confort à 50 dB. Attention, contrairement aux bruits aériens, moins ce nombre est élevé, plus l’exigence est stricte et plus le confort acoustique est important. Ces valeurs sont déterminées par un bureau acoustique avec une machine normalisée mesurant les battements. Cette machine tambourine sur le sol de la pièce voisine durant la mesure des valeurs acoustiques.

D’autres exigences sont appliquées si la maison touche un bâtiment ne faisant pas office d’habitation (par exemple un commerce ou des bureaux). Les espaces publics d’un appartement doivent également disposer d’une capacité d’absorption minimale pour éviter les nuisances sonores dans les pièces avoisinantes.

Les exigences relatives
à l’intérieur de la maison

Les bruits aériens sont soumis à des exigences entre les habitations, mais aussi dans l’habitation même. La chambre à coucher est alors considérée comme le volume protégé. L’exigence s’applique entre une chambre et une autre chambre, une cuisine ou une salle de séjour voisines. Le confort de base est fixé à 35 dB et le haut confort à 43 dB.

En ce qui concerne les bruits de contact, seul un niveau de haut confort a été établi pour lequel une valeur limite de 58 dB est appliquée. On tolère généralement une marge de 2dB au-delà de ces valeurs en raison des éventuelles imprécisions de mesure et des difficultés de prévision.

Les bruits des installations techniques, comme le chauffage central, la ventilation mécanique ou même la hotte, sont soumis à des exigences en vue d’offrir le confort nécessaire dans la pièce où se trouvent ces installations. De même, les installations techniques qui sont externes à l’habitation ou les tuyaux qui passent par l’habitation ou l’appartement – considérés comme générateurs de bruits de fond – doivent répondre à certaines exigences pour assurer le confort acoustique dans la chambre et la salle de séjour.

La dispense

Il n’est pas toujours possible de répondre à cette norme acoustique pour la rénovation d’un bâtiment de grande valeur par exemple. Dans ce cas, une dispense est octroyée. Le concepteur évalue le manquement éventuel au confort acoustique normal et en fait part au constructeur par écrit avant le début des travaux. Il revient ensuite au constructeur de signaler ces constatations par écrit aux futurs candidats habitants et ce, avant la signature du contrat de vente ou de location.

Sources : Batibouw - Bart Ingelaere (CSTC) 

A lire aussi...

            

Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?