C'est tendance: le regifting

Encore un anglicisme! Celui-ci signifie: offrir à quelqu'un un cadeau qui nous a été offert auparavant et qui ne nous a pas plu. Ca a l'air totalement déplacé et pourtant, c'est tout à fait branché.
 


Le terme en lui-même date d'il y a une dizaine d'années. C'est l'acteur américain Jerry Seinfeld qui l'avait utilisé lors d'un de ses spectacles. Depuis, le mot 'regifting' a sa place dans le dictionnaire anglais Macmillan. Selon cette référence, le terme aurait gagné en popularité grâce aux ventes aux enchères sur internet.

Le Money Management International (MMI) a réalisé une enquête sur le sujet. Résultat: 50% des adultes interrogés considèrent cette pratique comme tout à fait acceptable. Même le Emily Post Institute, la crème de la bienséance anglaise, valide le regifting dans certains cas. Et croyez-le ou non:  il existe carrément une journée nationale du regifting (le 18 décembre) aux USA!

Quelques règles

On ne regift pas comme ça n'importe comment. Il existe des règles.
La première chose à savoir, c'est que tout n'est pas regiftable/ré-offrable.

On ne regift par exemple jamais d'objets fabriqués à la main ou unique. Des exemples: un livre dédicacé, c'est non! Les bonnes bouteilles de vin (non ouvertes), les objets d'art ménager, les bijoux fantaisies, c'est oui.

Dans quel état? On regift uniquement des cadeaux neufs en bon état. Pas de gaffes: on veille évidemment à ne pas offrir ce chandail moutarde à Tante Hélène si c'est elle-même qui nous l'a donné. On ne l'offre pas non plus à Tante Nadine, sa soeur, ou à Catherine, sa voisine.

Est-ce que ça part d'un bon sentiment? Le but du regifting n'est pas de se débarasser d'un cadeau dont on ne veut pas mais plutôt de faire plaisir à quelqu'un. Si on n'est pas sûr que ces bougies parfumées plairont à Marie, on opte plutôt pour un bon cadeau, une valeur sûre.

Mettez le paquet!

Si le regifting, c'est avant tout du réemploi, pas question de réutiliser l'emballage. Le papier cadeau, lui, doit être unique. Et tant qu'à faire, autant y mettre du sien. On choisit un papier de qualité, on ajoute du ruban et une carte avec un petit mot personnel.

Motus et bouche cousue. Quand on regift, évidemment, on ne le crie pas sur tous les toits. On la boucle. Si on pense qu'on risque de lâcher le morceau, c'est que le regifting n'est pas une bonne option.

Infos:

www.regiftable.com


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?