La phycocyanine, une amie qui vous veut du bien

La phycocyanine se présente en ampoules d’un bleu indigo. Il s'agit du pigment bleu extrait de l’algue spiruline. Ses propriétés? Etonnantes! Elle soigne les dégâts de la radioactivité, prévient le cancer et soigne, entre autres, l’athérosclérose.


La phycocyanine, c’est 20 fois la vitamine C, 16 fois la vitamine E. Et grâce à ce cocktail détonnant, elle prévient et soigne de nombreuses pathologies de façon efficace, sans abîmer l’organisme.
Lesquelles? Le vieillissement prématuré d'abord et les affections qui l’accompagnent.
Le corps possède ses propres antioxydants (SOD, catalase, ...) mais l’ennui, c’est qu’ils diminuent avec l’âge et avec certaines maladies. La vitamine C, E, le sélénium, le bêtacarotène peuvent les compléter mais ne rivaliseront jamais avec la phycocyanine! Car 9.5 mg de cette substance, c’est une activité 70 fois plus importante que notre SOD naturel!

Ce pouvoir antioxydant de la phycocyanine est très utile dans la prévention et le traitement de nombreuses maladies mais aussi pour limiter les dégâts après un arrêt cardiaque, une amnésie ou un traumatisme crânien. Car lors d’un accident de ce type, les cellules atteintes libèrent un grand nombre de radicaux libres qui peuvent s’attaquer à l’ADN. Des recherches de l'université de Pedralbes à Barcelone effectuées sur des rats ont montré que la phycocyanine inhibait la formation de radicaux libres au sein des cellules du cervelet et dans la région de l'hippocampe. Ces recherches ouvrent des perspectives plus qu'intéressantes dans le traitement des maladies d'Alzheimer et de Parkinson.

Les cancers et le sida

La phycocyanine va plus loin en prévenant et traitant certains cancers. Une étude chinoise a montré qu'elle agissait sur la leucémie et ce, parce qu'elle a une action sur la production des cellules souches qui sont à la base de la formation des cellules sanguines. Il faut savoir qu’actuellement, la médecine ne permet pas de normaliser le nombre de globules blancs sans empêcher l’évolution de la maladie. La médecine a donc souvent recours à la greffe de moelle osseuse. La phycocyanine apporte donc de grands espoirs, également pour d'autres cancers. Elle a la capacité d'inhiber des virus comme l’hépatite B qui mène parfois au cancer du foie et l’herpes simplex de type 2 qui peut provoquer le cancer du col de l'utérus.
Ce n'est pas tout: la phycocyanine est même utilisée dans le traitement du sida! Des chercheurs américains ont démontré en 1996 que prescrite à une certaine dose, elle permettait même d’inhiber la réplication du virus HIV dans certaines cellules sanguines. A doses plus fortes, elle stoppait carrément la réplication virale.

Elle a un autre pouvoir remarquable: celui de rendre les différents globules blancs plus forts. Ceux-ci servent à défendre l'organisme contre les maladies. Lorsque l'on traite un cancer par chimiothérapie, on tue les cellules cancéreuses mais on affaiblit aussi les globules blancs. La phycocyanine, en empêchant leur effondrement pendant le traitement, redonne de la force au patient.

Contre les dégâts de la radioactivité

La phycocyanine est donc efficace en cas de rayonnement thérapeutique après un cancer mais aussi lorsqu’il est accidentel comme à Tchernobyl. La phycocyanine permet de soigner les enfants de Tchernobyl dont les globules blancs sont au plus bas et dont l’organisme ne se défend donc plus contre les maladies. Elle permet de favoriser leur rétablissement en 6 semaines! La phycocyanine corrige les effets d’une exposition aux rayons X à dose de 5 gray*, et ce en 4 semaines. C’est exceptionnel car il faut savoir que les globules rouges, blanches et les plaquettes sont détruites à partir de 1 gray.

Soigne l’athérosclérose

Enfin, la phycocyanine prévient et soigne aussi l’athérosclérose, responsable d’un tiers de décès en Europe. On souffre de cette maladie quand des plaques de graisses (choléstérol entre autres) se déposent sur les artères et gênent la circulation du sang. Ce sont surtout les diabétiques, les fumeurs, les obèses et les personnes qui sont en hypertension et qui ont du cholestérol qui sont exposées car leurs artères ne sont pas en bon état. La médecine classique répond par des anticoagulants, des traitements anti-agrégants plaquettaires et aussi des vasodilatateurs pour tenter de restaurer la circulation. Dans les cas les plus graves, elle procède au pontage. Mais en faisant ça, elle s'attaque aux conséquences, pas aux causes. La phycocyanine, elle, fait les deux. Son usage régulier permet de la régression des plaques ainsi que leur prévention. Elle semble aussi s'opposer aux causes des lésions des artères en favorisant l'excrétion fécale du cholesterol, en compensant certains excès alimentaires, en détoxiquant certains polluants contenus dans la cigarette...

Sans danger et en tout innocuité, la phycocyanine apparaît comme la solution à de nombreuses pathologies et ses champs d'action sont vastes. La majorité des études sur cette substance vient d’Asie. Là-bas, la phycocyanine est utilisée en milieu hospitalier. Il faut donc souhaiter que l'Occident s'inspire de l'Asie en matière de soins alternatifs.

Melody De Visscher

* unité de mesure

La phycocyanine, LAIM aux éditions M.
 


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?