La cure à l'eau oxygénée

Une cure à l’eau oxygénée, aussi appelée H202 ou peroxyde d’hydrogène, ferait des miracles sur les maladies bactériennes, virales et même le cancer.

 


Le remède ne date pas d’hier. Dans son livre « Le père adopté", Didier van Cauwelaert explique comment sa grand-mère Hortense fut guérie de la grippe espagnole qui tuait, à l’époque, en trois jours. C’était en 1918 alors que l’épidémie avait fait 25 millions de victimes. La grand-mère avait décidé de soigner le virus fatal « comme on avait toujours guéri les rhumes dans sa famille » : un bain de pieds chaud à "l'eau blanche".

Seulement, le bain de pieds ne la soulageant pas, la grand-mère, quelque peu impatiente, choisit … la voie orale. L’auteur écrit que, «devant sa fille épouvantée, elle avala d'un coup le baquet d'eau oxygénée!!! Après avoir suffoqué bruyamment trente secondes, elle se coucha, et transpira douze heures en inondant le matelas, le sommier, le parquet, le voisin du dessous... Le lendemain, elle se leva, complètement guérie..."

Un vieux remède

Des histoires de ce genre, il y en a des tas. Car au début du XXe siècle, le H202 a été utilisé pour traiter plusieurs maladies, telles que la fièvre typhoïde, le choléra, les ulcères, l'asthme, la coqueluche et la tuberculose. Sa capacité à tuer les bactéries dans le corps humain était d’ailleurs bien documentée. Un manuel de médecine en 1922 décrivait l'emploi du peroxyde d'hydrogène par voie orale, par injection intraveineuse, et pour une utilisation majeure. Toutefois, lorsque l'industrie pharmaceutique a commencé à se développer, le H202 a été de plus en plus ignoré et finalement abandonné.

Pourtant, allergies, maux de tête, herpès, Alzheimer, VIH, infections, asthme, maladies cardiovasculaires, … cette substance guérit tout ou presque. Heureusement, tous les médecins n’ont pas abandonné cette technique. Le Dr. Edward Carl Rosenow, de la clinique Mayo dans le Minnesota, s’intéresse depuis 60 ans à ce sujet. Quant à la International Bio-Oxidative Medicine Foundation, elle soutient les études cliniques sur les thérapies au peroxyde d’hydrogène.

Un coup de pouce de la nature

A première vue, l’eau oxygénée parait dangereuse pour la santé. On sait qu’elle est utilisée pour décolorer les cheveux, pour désinfecter, … et même à très forte concentration comme carburant pour les fusées ! Pourtant, le peroxyde d’hydrogène est bien connu de notre organisme et joue même un rôle clé dans notre métabolisme. Notre système immunitaire produit cette substance comme première ligne de défense contre les bactéries, les levures, les virus, les parasites, et la plupart des champignons. On en trouve aussi dans le colostrum et le lait maternel.

En fait, le H202 est une molécule d’eau additionnée d’un atome d’oxygène. Or, le saviez-vous ? Les bactéries ne subsistent pas au contact de l’oxygène. On peut le voir à l’œil nu : de l’eau oxygénée mise en contact avec une bactérie fait des bulles. C’est le signe que l’indésirable est détruite.

Evidemment, lorsque le H202 est ingéré, les effets sont assez impressionnants : fatigue, diarrhée, maux de tête, éruptions cutanées, nausée ou encore symptômes pseudo grippaux sont courants. Mais la littérature est claire sur le sujet : c’est tout à fait normal. Cela signifie que le corps est en train d’évacuer les bactéries mortes et les toxines. Le H202 paraît donc agressif mais en réalité ne l’est pas : c’est une substance indispensable pour rester en bonne santé.  Elle ne fait que supplémenter l’oxygène déjà présent dans notre organisme.

Le cancer n’aime pas l’oxygène

Les cellules cancéreuses elles aussi meurent au contact de l’oxygène. Cette découverte date de 1931. Le Docteur Otto Warburg avait d’ailleurs reçu le prix Nobel pour l’avoir démontré.

A l’heure actuelle, l’American Cancer Society ne considère pas encore la cure de H202 comme sûre, efficace et utile dans le traitement du cancer mais elle est fréquemment utilisée comme thérapie alternative car il s’agit d’une véritable "chimio" sélective et douce. En effet, l’eau oxygénée ne s'attaque qu’aux cellules en pleine activité, c'est le cas des cellules cancérisées et non pas aux cellules normales qui sont en "repos relatif".

Le H202 améliorerait également l’efficacité des rayons et les rendraient moins toxiques.

Injectée ou ingérée

L’eau oxygénée est utilisée en injection intraveineuse et intra-artérielle par des médecins dans plusieurs pays, principalement aux Etats-Unis et ce, sans effets secondaires.

Nous n’avons pas accès à ce type d’administration. Cependant, il nous est possible d’opter pour la voie orale. Avaler de l’eau oxygénée, comme la grand-mère de Didier Van Cauwelaert ? Parfaitement. Mais la posologie doit être hyperprudente car un mauvais dosage peut d’avérer très dangereux. Il est donc conseillé de suivre un traitement avec l’aide d’un médecin expérimenté en la matière. La International Bio-Oxidative Medicine Foundation peut vous aider à le trouver.

Les miracles de Lourdes, c’est le H202

Les guérisons miraculeuses seraient dues à un mélange d’eau oxygénée et de germanium, un composé chimique qui augmente la quantité d’oxygène dans les cellules.

Photo :

www.fagron.be


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?