L'Argile, bien plus qu'un remède de grand-mère

L’utilisation de l’argile verte illite n’est pas uniquement ésotérique. Son utilité a été étudiée et prouvée.  Bien sûr, ces études ont été réalisées par une poignée de médecins qui sont sortis des sentiers battus…
 


Mais ils ne regrettent en rien d’avoir expérimenté ce minéral. Grâce à l’argile, ils ont obtenu des résultats inespérés sur des patients atteints de maladies graves comme la lèpre ou le choléra. Autant dire que si cette poudre verte peut solutionner des cas extrêmes, elle peut encore plus aisément soigner des problèmes de rhumatismes, eczémas, mycoses et cheveux gras.

L’équipe gagnante

Il s’agit de deux médecins français : Christian Duraffourd et Jean-Claude Lapraz. Ils dirigent depuis près de 30 ans la SFEM, une association scientifique médicale à but non lucratif. Leur priorité ? L’équilibre interne de l’individu. Pour le préserver, ils ne recourent aux médicaments de synthèse que quand leur prescription s’avère vraiment indispensable. Et ils privilégient l’utilisation de produits naturels. Ceux-ci sont particulièrement bien adaptés à la physiologie de l’homme. Ils traitent des dysfonctionnements et leurs effets toxiques sont inexistants aux doses habituellement utilisées.

Les membres de cette association ont étudié l’argile. Analyses bactériologiques, toxicologiques, études cliniques, … elle les a toutes passées haut la main !

Les résultats des travaux ont été rapportés, entre autres, en 2002 dans le Traité de Phytothérapie Clinique. On peut y lire que l’argile a traité des cas de maladie de Crohn, des migraines digestives, des ulcères à la jambe ou des polyarthrites chroniques. Et les résultats obtenus ont été remarquables ! Ils surpassaient de loin les traitements classiques.

Des études expérimentales aux cas cliniques

L’argile verte illite est riche en oligo-éléments. Elle contient entre autres comme éléments majeurs de la silice, de l’aluminium, du calcium, du fer, du potassium, du magnésium, du sodium, manganèse ou encore du phosphore.

Et les chercheurs se sont rendu compte que l’argile pouvait enrichir une eau de boisson de ses différents minéraux. Ils ont également analysé sa teneur en bactéries. Bonne nouvelle : l’argile n’est pas plus sale qu’une crudité dans notre assiette.

Peut-on l’ingérer ? Oui. L’argile est d’ailleurs un complément alimentaire. Elle n’est pas un médicament car pour cela, elle devrait être stérilisée. Or, ses impuretés contribuent à ses propriétés.  Des études sur des rats ne montrent aucune toxicité et la poudre verte a également passé toutes les analyses de tolérance cutanée.

Cela ne surprend guère : depuis la nuit des temps, l’homme a appliqué de l’argile de couleur sur son visage en guise de peinture de guerre, d’ornement ou pour des rites religieux.

L’argile a-t-elle la capacité de tuer des bactéries ? Non. Mais elle possède la capacité de les retenir. En résumé, elle purifie l’eau et la rend consommable. Les médecins de la SFEM pensent qu’il s’agit d’une véritable aubaine pour la purification des eaux douteuses dans tous les camps de réfugiés avant même les premiers signes de choléra ou de dysenterie.

Des résultats inimaginables

Mais ce sont les résultats cliniques qui ont poussé les Drs Duraffourd et Lapraz à utiliser l’argile verte illite à l’état naturel. L’argile est tant anti-infectieuse que régulatrice intestinale, antidiarrhéique qu’antimycosique et antiparasitaire, cicatrisante et antihémorragique.

Ce qui a poussé les médecins à proposer l’argile pour soigner le choléra et la lèpre au Sénégal et à Madagascar. Les résultats ont été époustouflants… et les traitements ont permis de substantielles économies ! Elle a également permis la cicatrisation de plaies difficiles chez des diabétiques en Tunisie. Des plaies difficiles à guérir chez ce type de malades…

Impossible de citer toutes les applications de l’argile. Ce n’est d’ailleurs pas le sujet de cet article.  L’objectif était de montrer que son efficacité a été étudiée et prouvée. Dès lors, vous pouvez acheter de l’argile verte illite chez votre pharmacien en toute confiance. Que ce soit pour soigner des affections du tube digestif, des furoncles, de l’acné, de l’eczéma ou encore certaines anémies et migraines.

Comment l’utiliser ?

Cela dépend de l’usage qu’on en fait. On peut utiliser l’argile en voie interne ou externe. Il convient d’acheter l’argile en fonction du mode d’administration choisi. Voie interne ? L’argile verte ultra-ventilée est indispensable car les autres contiennent des micas parfois agressifs pour la muqueuse digestive. La posologie est d’une cuillère à café dans un verre d’eau. Il faut boire ce mélange en totalité ou seulement le surnageant obtenu après décantation. On peut également la prendre sous forme de gélules.

Pour la voie externe, il faut préparer la solution à l’avance et la laisser reposer pendant 2h minimum afin d’optimiser son action. Elle peut alors se conserver plusieurs mois.

On peut l’utiliser de diverses manières pour soulager les douleurs et soigner des lésions, etc. Il existe des produits prêts à l’emploi comme des bandes imprégnées, des tubes, des pots très pratiques pour poursuivre des soins au retour de cures thermales… Ainsi que toute une gamme de produits allant des masques pour le visage au dentifrice en passant par les chewing-gums.

Plus d'infos? 'L’ABC de l’argile' de Jean-Christophe Charrié aux éditions Grancher


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?