2012, une année mitigée pour les droits humains

Amnesty International revient sur les événements les plus marquants de l'année qui s'achève. Crise au Moyen-Orient, arrestation et emprisonnement du groupe russe Pussy Riot, exécutions aux USA... Des crimes tels que la torture, les disparitions et les violences contre les femmes continuent d’être monnaie courante dans certains endroits du monde. Ailleurs, des progrès voient heureusement le jour.


En cette fin d'année, Amnesty International publie un document qui revient sur les événements qui ont le plus marqué 2012. Crise au Moyen-Orient, arrestation et emprisonnement des membres du groupe russe Pussy Riot, exécutions aux États-Unis, au Japon et ailleurs, expulsions forcées aux quatre coins de la planète ... "Des crimes tels que la torture, les disparitions et les violences contre les femmes continuent d’être monnaie courante dans certains endroits du monde, tandis qu’ailleurs des progrès voient le jour" a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.  "Des millions de personnes de par le monde ont réussi à faire changer les choses malgré les obstacles qui se présentaient à elles. En 2013, il nous faut agir et nous engager plus encore pour que tous les êtres humains jouissent de leur dignité et de leur liberté."

Comme chaque année au mois de décembre, Amnesty International Belgique francophone lance sa Campagne Bougies. En 2012, celle-ci porte sur le recours scandaleux aux enfants-soldats, un peu partout dans le monde. L'achat d'une bougie revient à 6 euros: 4,20 euros servent à financer les recherches, actions et campagnes tandis que 1,38 euros vont à la collecte de fonds. Les 0,42 euros restants couvrent les frais administratifs.

Plus d'infos: Une année de droits humains : chronologie 2012

www.amnesty.be/dons

www.amnesty.be

www.droitsdesfemmes.net

Melody De Visscher


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?