Essence: le plein sans crainte!

La dernière enquête de Test-Achats montre que la qualité de l'essence est redevenue bonne pratiquement partout, par rapport à 10 ans d'ici, à une exception près : la présence de manganèse en quantités parfois importantes dans une station indépendante sur deux. Le prix redevient donc un élément décisif dans le choix de la station-service.


Flash back …

Au début des années nonante, Test-Achats avait révélé que plus du tiers des stations bon marché délivraient une essence ne répondant pas aux normes et, donc, de moins bonne qualité. Mieux valait donc se méfier des stations à prix cassés et choisir plutôt une essence d'une grande marque. Depuis 1996, à la suite d'une nouvelle enquête de Test-Achats et de nouvelles revendications, les pouvoirs publics ont instauré des contrôles systématiques. Chaque semaine, une soixantaine des quelque 5.000 points de vente que compte la Belgique sont ainsi visités par des inspecteurs des Affaires économiques.

Conforme aux normes ?

Ces contrôles sont-ils efficaces ? C'est ce qu'a cherché à montrer l'enquête de Test-Achats. Les stations-service retenues ont été sélectionnées d'abord sur la base du prix, tout en respectant un certain équilibre géographique. Quelques stations de grande marque ont également été incluses, à titre de comparaison. C'est l'essence sans plomb indice d'octane 95 (essence 95RON) qui a été analysée dans ces stations. L'enquête montre que, à de très rares exceptions près, toutes les stations-service vendent une essence répondant parfaitement aux normes en vigueur pour des critères aussi déterminants que l'indice d'octane (95 requis), la pureté, la teneur en soufre, la présence de manganèse,… Une conclusion : on peut en principe recommencer à choisir son point de vente sur base du prix et du service.

Un point noir : le manganèse !

Un point particulier pose cependant un gros problème : la présence parfois importante (jusqu'à 26 mg/l dans 2 échantillons) de manganèse dont l'usage, s'il n'est pas réglementé en Europe, est limité plus ou moins sévèrement dans d'autres pays. La moitié des stations bon marché proposent une essence contenant une certaine quantité de cet additif qui, selon certains constructeurs, pourrait avoir à terme une influence néfaste sur le fonctionnement du moteur et sur l'environnement en diminuant l'efficacité des capteurs réglant la réduction des émissions nocives.

Qu'en est-il exactement? Dans l'état actuel des connaissances, il est très difficile d'évaluer les effets à long terme de cet additif sur les moteurs mais aussi et surtout sur l'environnement et la santé humaine. Pour Test-Achats, il est urgent que les autorités européennes se penchent sur la question et prennent position à ce sujet, d'autant plus que de grands pays ont imposé des normes parfois sévères, comme par exemple la Nouvelle-Zélande (2 mg de MMT par litre d'essence).

Et les prix ?

Dans la mesure où, comme le montre l'enquête de Test-Achats, la qualité de l'essence est redevenue sensiblement la même partout, le prix devient évidemment un élément décisif du choix de la station-service. Test-Achats a dès lors entrepris de relever les prix de la super 95 dans pas moins de 3.371 stations service de tout le pays. 

Première conclusion : la ristourne est très largement répandue. Près des deux tiers des prix sont inférieurs au prix maximum fixé par les autorités (dans le cadre du fameux contrat-programme avec les compagnies pétrolières). Le tiers restant applique ce prix maximum, et l'on trouve même quelques stations (3,5%) plus chères que le maximum parce que le prix n'a pas été modifié à temps apparemment.

Deuxième conclusion : l'importance de la ristourne varie considérablement selon la province et le type de station-service. C'est le Hainaut qui est le plus généreux avec les automobilistes : près de 94% des stations y pratiquent une ristourne moyenne de 3,7 eurocents par litre de super 95. A l'autre bout de l'échelle, Namur (1,7 eurocent/l) et surtout le Luxembourg (0,1 eurocent/l seulement) sont les plus avares de ristournes.

Troisième conclusion : si l'on s'intéresse maintenant aux ristournes selon les marques, on constate que, en moyenne, les plus fortes remises sont celles octroyées aux pompes des supermarchés comme Makro ou Cora : 6,7 eurocents par litre en moyenne. A l'inverse, les stations-service de marques connues n'accordent qu'une remise moyenne de 1,6 eurocent/l. Parmi elles, Jet est le plus généreux, avec une ristourne moyenne de 3,6 eurocents/l.

A lire : Test-Achats magazine n°469 d'octobre 2003


Partager





© Vivat.be 2014

Contact | Qui sommes nous?